Le putsch cautionné

Le Sénégal a mollement condamné le coup d’Etat de dimanche en Guinée-Bissau. Pour beaucoup cette attitude revient à cautionner le coup de force du général Correia Seabra. Les pays africains lusophones affichent leur soutien à la junte dans l’espoir que le putsch ramènera la sérénité dans l’ancienne colonie portugaise.

Pas touche au Président. Comme les autres pays membres de l’Union africaine (UA), le Sénégal condamne par principe le coup d’Etat qui a destitué le Président bissau-guinéen Kumba Yala le 14 septembre dernier. Abdoulaye Wade l’aurait même certifié par téléphone au général Verissimo Correia Seabra, lorsque ce dernier l’a mis au courant de son coup de force. Certains estiment toutefois que sa position n’est qu’une façade. Selon Le Soleil, le leader sénégalais savait que la situation risquait de dégénérer dans ce pays dont la situation politique, économique et sociale était devenue désastreuse. La déposition de Kumba Yala serait en réalité perçue comme un mal nécessaire à la préservation de la stabilité dans la région.

Une stabilité très chère au Sénégal. En vertu d’un accord de protection mutuelle entre les deux pays d’Afrique de l’ouest, le Président Abdou Diouf avait envoyé en 1998 des troupes dans l’ancienne colonie portugaise après la mutinerie du général Ansumane Mané. Toutefois, l’initiative n’était peut-être pas purement diplomatique : à cette époque, le militaire aurait soutenu les rebelles du sud de la Casamance. Les indépendantistes sénégalais auraient par ailleurs été hébergés sur le sol bissau-guinéen sous sa protection. La tentative de prise de pouvoir par Mané menaçait donc de provoquer de nouveaux troubles dans la région casamançaise.

Soutien des Africains de langue portugaise

Le Sénégal devrait suivre de près le dossier bissau-guinéen. D’autant plus que Verissimo Correia Seabra aurait été en 1998 « le porte-parole d’Ansumane Mané, le général qui a destitué le Président Nino Vieira en 1999 », explique-t-on au ministère des Affaires étrangères sénégalais. Reste que la condamnation du Président Wade n’est pas aussi ferme que celle de son prédécesseur. Une attitude qui revient pour certains à cautionner le coup d’Etat.

Les partis politiques bissau-guinéens font appel, quant à eux, au soutien de la communauté internationale pour que la transition annoncée se déroule au mieux. La Communauté des Etats d’Afrique de l’ouest (Cedeao) vient d’envoyer une délégation de ministres des Affaires Etrangères en Guinée Bissau pour évaluer la situation sur le terrain. L’Angola, le Mozambique, le Cap-Vert et Sao-tomé et Principe ont déjà tourné la page Kumba Yala. Ces pays, appartenant à la Communauté des pays de langue portugaise (CPLP), espèrent que les changements à la tête de l’exécutif déboucheront sur la tenue des élections législatives que la Commission électorale nationale prévoyait de reporter pour la cinquième fois. Ces retards à répétition auraient notamment participé à mettre le feu aux poudres.