« Le profilage racial n’est pas un problème marginal dans la police montréalaise »

Le 8 août, la Coalition contre la répression et les abus policiers (CRAP) commémorait par une marche sous une pluie battante les deux ans de la mort de Fredy Villanueva, tombé sous les balles de la police de Montréal. Les conditions troubles du drame ont fait émerger depuis 2008 dans le débat public québécois la question du « profilage racial » dans les interpellations policières. Le porte-parole de la CRAP, Alexandre Popovic, livre à Afrik.com son analyse.

Fredy Villanueva, jeune homme de 18 ans d’origine hondurienne, a été tué le 9 août 2008 par l’agent Jean-Loup Lapointe alors qu’il jouait aux dés pour de l’argent dans un parc de l’arrondissement de Montréal-Nord. Au sortir de deux nuits d’émeutes, le Service de police de la ville de Montréal (SPVM) avait commandé un rapport interne, dont les conclusions dérangeantes ont été rendues publiques au lendemain de la manifestation de la CRAP, dans le quotidien La Presse. Selon l’étude, les Noirs montréalais se font en moyenne quatre fois plus interpeller par la police que les Blancs. Le déséquilibre augmente encore à Montréal-Nord, qui accueille une forte communauté haïtienne, où les Noirs se font ainsi sept fois plus interpeller.

Afrik.com : Que contestez-vous dans les justifications de l’agent Lapointe pour avoir fait usage de son arme ?

Alexandre Popovic :
Nous contestons la prétention selon laquelle il aurait eu des raisons de craindre pour sa vie au moment où il a fait feu sur trois jeunes désarmés. Notre position est entièrement corroborée par l’enquête publique sur les causes et circonstances du décès. En effet, chacun des 36 témoins entendus à l’enquête publique a indiqué que Fredy n’était pas assez près de l’agent Lapointe pour être en mesure de le toucher… à l’exception de ce dernier, qui a déclaré avoir senti la main gauche de Fredy sur son ceinturon tandis que sa main droite l’agrippait au niveau du vêtement, ou du cou – il n’en était plus sûr durant son témoignage…

Afrik.com : Et où en est rendue l’enquête à ce jour ?

Alexandre Popovic :
L’enquête publique, qui en était à sa 70e journée d’audition au moment de son ajournement le 30 juillet dernier, n’est pas encore terminée. Elle a notamment permis de démontrer le caractère mensonger de la première version du SPVM, selon laquelle les policiers auraient été encerclés, projetés au sol et étranglés par une vingtaine de jeunes. L’enquête publique devrait se terminer avant la fin de l’année. Le coroner ad hoc André Perreault va alors remettre un rapport pour rendre ses conclusions. Il pourra formuler des recommandations visant une meilleure protection de la vie humaine, sans pour autant attribuer de responsabilité civile ou criminelle.

Afrik.com : Quel rôle les origines honduriennes de Fredy Villanueva ont-elles joué, selon vous, dans la réaction des policiers ?

Alexandre Popovic :
Ce que nous croyons, c’est que si Fredy Villanueva avait été un jeune Blanc jouant aux dés dans un parc situé d’un quartier cossu, il serait sûrement encore en vie aujourd’hui. Certains diront que c’est spéculatif de notre part. Mais l’image qu’ont les policiers du secteur nord-est, où vivent de nombreux jeunes d’origine haïtienne, hondurienne et libanaise, les encourage à être sur le qui vive lorsqu’ils patrouillent les rues de ce qu’ils surnomment « le Bronx ». Dans son rapport, l’agent Lapointe a parlé d’un « secteur chaud du quartier, connu pour la présence de nombreux membres de gangs de rue ». Il a de plus mentionné que deux des individus présents sur les lieux de l’intervention policière lui semblaient membres de gang de rue. Et à l’enquête publique, il a confié que la plupart des personnes qui sont fichées comme étant membres de gangs de rue à Montréal-Nord sont noires et latinos…

Afrik.com : A partir de quand peut-on parler de « profilage racial » ?

Alexandre Popovic :
Pour nous, il y a profilage à partir du moment où les policiers harcèlent et persécutent des membres d’un groupe identifiable, par exemple une communauté « racisée », non en fonction de ce qu’ils font, mais bien à cause de leur apparence ou de la façon qu’ils sont perçus. Le profilage discriminatoire a souvent pour point de départ chez les policiers qui le pratiquent une vision stéréotypée fondée sur une généralisation abusive à une communauté entière. Et peu importe si ce n’est pas le seul motif à l’intervention des forces de l’ordre.

Afrik.com : L’intervention de la patrouille a été motivée par la présence aux côtés de son frère de Dany Villanueva, en « bris de probation » après une condamnation…

Alexandre Popovic :
Ce n’est pas exact. L’agent Lapointe a reconnu qu’il ne connaissait pas l’identité exacte de Dany. Selon les témoins immédiats, il ne lui a d’ailleurs jamais demandé de s’identifier. Après les coups de feu, le policier qui l’a arrêté a retenu contre Dany trois infractions sans rapport avec le bris de condition : « voies de fait sur un agent de la paix », « entrave au travail d’un policier » et « méfait ».

Afrik.com : Comment analysez-vous la procédure d’expulsion vers le Honduras actuellement en cours contre lui ?

Alexandre Popovic :
Nous avons toujours été trouvé hautement suspect le timing de la procédure de renvoi contre Dany. Il a fallu près de quatre ans aux autorités fédérales pour déférer son dossier devant la Commission de l’immigration et du statut de réfugié (CISR), sur la base d’une condamnation d’avril 2006 pour avoir volé une chaîne au cou d’un adolescent. La décision a eu lieu quelques semaines avant le témoignage prévu de Dany à l’enquête publique. En fait, nous nous demandons si les autorités fédérales auraient entrepris cette procédure de renvoi si la police n’avait pas tué son jeune frère.

Afrik.com : Le rapport interne au SPVM révélé par La Presse dénonce la pratique du « profilage racial » par les policiers montréalais. Comment réagissez-vous à sa minimisation par les autorités policières ?

Alexandre Popovic :
Le travail du criminologue Mathieu Charest vient confirmer une réalité dont nous étions déjà conscients depuis longtemps. Il contredit l’image d’une « police de quartier multiculturelle » que tente de mettre en avant le SPVM, au point qu’il a été dissimulé pendant un an et demi avant qu’il ne fuite dans les journaux on ne sait trop comment. L’attitude de déni du SPVM témoigne d’une incapacité viscérale à rendre des comptes, malheureusement assez typique dans la sous-culture policière. Cela étant, la meilleure façon de ne pas régler un problème est d’en nier l’existence, ou de le relativiser pour lui donner une dimension négligeable. Le SPVM essaie de sauver la face devant l’opinion publique et aussi d’éviter une remise en question de ses façons de procéder, qui pourrait s’avérer pénible.

Afrik.com : Pensez-vous que la perception du problème du « profilage racial » a évolué au Québec depuis l’été 2008 ?

Alexandre Popovic :
Effectivement, les médias québécois n’ont jamais autant parlé de profilage racial qu’après le décès de Fredy et l’émeute d’août 2008… La perception a nécessairement évolué chez la population en général avec la médiatisation de données brutes sur le profilage racial et de témoignages de personnes qui en ont fait les frais. Cela étant, nous payons également le prix du retard que certaines institutions ont pris pour documenter adéquatement ce fléau social.

Afrik.com : Un nouveau directeur sera bientôt nommé à la tête du SPVM. Selon vous, quelle devra être sa politique pour venir à bout du « profilage racial » ?

Alexandre Popovic :
Le prochain directeur devrait commencer par nommer les choses et parler de profilage racial au lieu de « comportements inattendus ». Il devrait aussi reconnaître publiquement que le problème n’est pas marginal et arrêter de chercher des excuses bidons. Puis il devrait instaurer un climat à l’intérieur de l’institution qui décourage les policiers de continuer à verser dans ce type de pratique. Par exemple, il pourrait encourager les policiers à dénoncer leurs collègues qui adoptent des attitudes discriminatoires dans leur rapport avec le public.