Le prix Nobel de la paix décerné au Dialogue national tunisien

Contre toute attente, le prix Nobel de la paix a été décerné ce vendredi au Dialogue national tunisien.

Ce sont les Tunisiens les heureux élus du prix Nobel de la paix. Il a été décerné ce vendredi au Dialogue national tunisien, a annoncé le comité. Le dialogue national mené par le syndicat de l’Union Général Tunisienne du Travail (UGTT), composé de partis politiques, syndicat, patronat, société civile, a permis au pays de sortir de la crise politique après le soulèvement qui a conduit à la chute de Ben Ali.

Même si la Tunisie est sortie de l’impasse politique, elle doit toutefois faire face à de nombreux défis, dont le terrorisme. Les attentats du Musée du Bardo en mars dernier qui ont coûté la vie à 22 personnes dont 21 touristes et de Sousse en juin où 38 touristes ont perdu la vie, n’ont pas été sans conséquences. Par crainte de nouvelles attaques, l’état d’urgence avait été établi après l’attaque de Sousse, elle a été levée le 2 octobre dernier.

L’économie du pays déjà très fragile s’en est trouvée très affectée. Quand au tourisme il s’est complètement effondré. Alors que le secteur représente environ 7% du PIB, la Tunisie a perdu plus d’1 millions de touristes depuis les attentats de Sousse. « Le nombre de touristes est tombé à environ quatre millions du début de l’année jusqu’au 10 septembre, alors qu’ils étaient cinq millions à avoir visité la Tunisie l’an dernier à la même époque», avait précisé la ministre tunisienne du Tourisme, Salma Elloumi Rekik, qui n’a jamais caché son inquiétude face à cette crise du tourisme.

Le pays doit aussi faire face à un chômage de masse très important auprès des jeunes, qui avait d’ailleurs été l’un des facteurs déclencheur de la révolution de janvier 2011. Une révolution loin d’avoir répondu aux attentes du peuple, notamment des plus jeunes qui ont peu de perspectives d’avenir, comme c’est souvent le cas sur le continent africain.

Ce prix Nobel décerné à la Tunisie intervient dans un climat politico-judiciaire complexe. En effet, ce mardi la justice a décidé d’ouvrir une nouvelle enquête deux ans après l’assassinat de Chokri Belaïd et Mohamed Brahmi à la suite de révélations d’un directeur de presse. Par ailleurs, ce jeudi, un député de Nidaa Tounès également président du club l’Etoile du Sahel a échappé à une tentative de suicide. La Tunisie est certes sortie de la crise politique qu’elle a traversé après la chute de Ben Ali mais elle n’a pas encore fini de panser toutes ses plaies…