Le prix Harubuntu s’ouvre aux médias

Les candidatures au prix Harubuntu, édition 2011, sont ouvertes jusqu’au 4 juin. En plus des collectivités locales, des entrepreneurs et des acteurs de la société civile, Harubuntu récompensera les médias pour sa quatrième édition. Wivine Hynderick, la coordinatrice du prix qui distingue les porteurs d’espoir et créateurs de richesses africains, revient sur les nouveautés d’Harubuntu.

Le prix Harubuntu des porteurs d’espoir et créateurs de richesse africains est une initiative commune de l’ONG belge Echos Communication et de Cités et gouvernements locaux unis d’Afrique (CGLUA) qui rassemblent les autorités locales du continent. Seize porteurs de projets se sont illustrés depuis la création du prix en 2008.

Afrik.com : Vous avez introduit une nouvelle catégorie pour cette 4e édition : les médias. Pourquoi ?

Wivine Hynderick :
Une des nouveautés de cette année est la création de la catégorie communication incluant les journalistes et communicants. Nous ne voulions pas sous-estimer le rôle que peut jouer la communication dans le processus de déconstruction des préjugés. C’est pourquoi, il nous a semblé intéressant de mettre un accent particulier sur cet aspect là.

Afrik.com : Harubuntu dispose désormais d’une charte. C’est déterminant ?

Wivine Hynderick :
Effectivement la création de cette charte marque une étape importante dans le processus de conceptualisation d’Harubuntu. Le document précise le contexte, les principes fondamentaux ainsi que les finalités. Cette charte a pour objectif de faciliter la diffusion, la décentralisation tout en étant le garant d’une vision commune. Harubuntu, en ciblant toute l’Afrique, a une ambition large qui nécessite que des ambassadeurs relaient le message. Ce texte fondateur permet de favoriser une compréhension commune de l’esprit d’Harubuntu.

Afrik.com : Harubuntu est dans sa quatrième année et vous avez réuni l’année dernière tous les lauréats distingués depuis son lancement. C’était pour marquer le fait que cette initiative est à un tournant ?

Wivine Hynderick :
La dimension mise en réseau est pour nous essentielle. Comment à partir de lauréats identifiés, pouvons-nous créer une dynamique collective qui rencontre à la fois l’intérêt de chacun et qui soit à la fois démultiplicatrice ? Réponse : favoriser la rencontre entre les lauréats des différentes années favorise cet échange ainsi que le partage d’expérience.

Afrik.com : Un réseau Harubuntu devrait donc bientôt voir le jour. Quels seront ses membres et ses activités ?

Wivine Hynderick :
Actuellement, nous n’en avons pas encore finalisé les modalités pratiques mais nous y travaillons activement en créant et en favorisant un espace de réflexion autour de cet objectif fondamental.

 Soumettre votre candidature

 Le site du prix Harubuntu