Le Président équato-guinéen Obiang Nguema à la tête de la CEMAC

Le Président Equato-guinéen Obiang Nguema Mbazogo a été porté par ses pairs à la présidence de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique Centrale (CEMAC), à l’issue des travaux de la 12e session de la conférence des chefs d’Etat de la communauté.

A Libreville,

Le Président Equato-guinéen Obiang Nguema Mbazogo est le nouveau président en exercice de la CEMAC, en remplacement de son homologue gabonais, Ali Bongo Ondimba. Il dirigera l’institution communautaire pendant 1 an. La conférence des chefs d’Etat a pris d’autres mesures individuelles : le Tchadien Abbas Mahamat Tolli a été nommé à président de la banque de développement des Etats de l’Afrique Centrale (BDEAC) et le Centrafricain Armand Guy Zounguere Sokambi à la vice-présidence de l’institution. Le Camerounais Boubakary Yerima Halilou est désormais le nouveau secrétaire général de la Commission bancaire de l’Afrique Centrale (COBAC), alors que son compatriote Parfait Etong Aben a été désigné Secrétaire général du Parlement communautaire. Le Président gabonais Ali Bongo Ondimba a été chargé de jouer le rôle du parrain des négociations entre la CEMAC et l’Union Européenne (UE) dans le cadre du dialogue politique, en vue de la signature des accords de partenariat économique (APE) entre les deux institutions.

Sur un tout autre plan, la Conférence a décidé de l’application immédiate de l’Acte additionnel relatif à la libre circulation des personnes sur l’ensemble du territoire de la CEMAC. A cet effet, les ressortissants des pays de la CEMAC sont désormais autorisés à circuler sans visa, à l’intérieur du territoire communautaire, munis soit de la carte d’identité biométrique, soit du passeport biométrique, soit du passeport CEMAC biométrique homologué.

En matière de transport aérien, au regard des difficultés de démarrage de la compagnie communautaire Air CEMAC, les chefs d’Etat, de gouvernement et de délégation ont décidé de renoncer au projet de création d’une compagnie sous-régionale. Abordant la question sécuritaire, les leaders politiques de la CEMAC ont décidé de soutenir financièrement les Etats de la ligne de front, le Cameroun et le Tchad dans la lutte contre la secte islamiste Boko Haram. De même ils ont pris l’engament de continuer à soutenir les efforts de paix en RCA.