Le premier nom de domaine arabe s’appelle « .misr »

Le ministre égyptien des Communications, Tarek Kamel, a annoncé dimanche le lancement du domaine .misr alors que se tient dans le pays le 4ème forum du gouvernement d’internet (IGF). L’Egypte a récemment été accusée de censurer le réseau internet et d’avoir arrêté « pour raisons de sécurité » plusieurs blogueurs.

« C’est un grand moment pour nous…Internet parle désormais arabe », a lancé Tarek Kamel, le ministre égyptien des Communications en marge du 4ème forum du gouvernement d’internet (IGF). Le responsable politique a annoncé dimanche le lancement du domaine .misr. Le nom, qui veut dire Egypte en arabe, est enregistré depuis lundi comme les .com ou .org. Cette déclaration intervient après la décision d’Icann, un organisme américain, gestionnaire d’internet et des noms de domaine, de mettre un terme à l’utilisation exclusive des caractères latins pour les noms de domaine.

Censure sur internet

Tarek Kamel a également déclaré que .misr « offrirait de nouvelles perspectives pour l’innovation, l’investissement et la croissance » dans le monde arabophone. Pourtant, l’Egypte a récemment été accusée de censurer le réseau internet et d’avoir arrêté « pour raisons de sécurité » plusieurs blogueurs et défenseurs de l’internet libre. Les autorités égyptiennes ont notamment obligé les clients des cybercafés à donner leur nom, adresse e-mail et numéro de téléphone portable, sur lequel ils reçoivent un code pour accéder à l’internet.

Dimanche, le groupe de Reporters sans frontières (RSF) avait qualifié de « stupéfiant » le choix de l’Egypte comme pays organisateur de l’IGF qui regroupe plus 1.500 représentants gouvernementaux, d’ONG, et du secteur pour discuter de l’avenir d’internet.

Lire aussi :

 « Métro » : l’érotisme censuré

 La censure sur le net, une réalité en Egypte et en Tunisie