Le premier forum économique France-Algérie lancé à Paris

jacque_lang.jpg

A quelques jours de la visite de François Hollande en Algérie, le premier forum économique France Algérie a été organisé, ce jeudi, à Paris en présence de l’ambassadeur d’Algérie en France, Amar Benjama, qui a éloigné toute pollution dans les relations entre les deux pays. Placé sous le thème « Nouvel élan », le forum a été marqué par une importante présence d’hommes d’affaires, politiques et parlementaires des deux pays.

Les participants de la première édition de ce forum ont relevé l’importance et la nécessité de développer les échanges économiques entre la France et l’Algérie à travers des investissements. Dans son discours d’ouverture, Amar Benjama a précisé que ce forum s’inscrit dans une démarche politique positive et que « les relations entre les deux pays sont sans nuage ». Il aussi signalé que ce forum permettra à l’Algérie, grâce, aux partenariats, d’affronter la période difficile de « l’après-pétrole » et que beaucoup reste à faire.

Le président de la CACI France (Chambre algérienne de Commerce et d’Industrie), Kaci Aït Yala, est d’avis que « ce forum n’est qu’un point dans la relation économique algéro-française qui a été renforcée, en 2012, avec la visite de François Hollande en Algérie, à travers la signature de partenariats « égal à égal » ». Il a aussi souligné « le besoin qu’a l’Algérie, pays en transition économique, de la France, son partenaire privilégié » pour profiter de son expérience en termes de technologie et de management, pour renforcer et reconstruire son tissu industriel, mais aussi pour explorer d’autres domaines tels que le tourisme, la pêche ou encore les TIC. Il a ajouté qu’ « aujourd’hui, un appel à la mobilisation est lancé à la diaspora algérienne notamment en France » qui permettra à l’Algérie, grâce aux investissements, d’accélérer le processus du développement.

yaci.jpg
Kaci Aït Yala, président de la CACI France (crédit photo: Sara Douza)

Pour Mohamed Laid Benamor, président de la CACI, l’Algérie s’ouvre de plus en plus vers l’étranger. Selon lui, « aujourd’hui, il y a beaucoup d’investisseurs étrangers en Algérie tels que les Chinois, les Allemands, les Espagnols ou encore les Turcs, mais ce n’est pas assez. 450 entreprises françaises sont installées en Algérie, ce qui crée 100 000 emplois directs et indirects et on demande à nos amis Français d’investir plus. La CACI France est là pour les mettre en relation avec les meilleurs partenaires et leur faciliter l’accès ». Il a précisé que tous les domaines sont exploitables et les opportunités en terme d’investissement sont énormes et le marché algérien est ouvert et favorable. « Dans le domaine de l’agriculture, par exemple, l’État met en place des concessions à titre gracieux en défiscalisant complètement, à 100%, avec des soutiens à la production et la commercialisation », a-t-il précisé.

sara_1-2.jpg
Kaci Aït Yala, président de la CACI France avec une chef d’entreprise (crédit photo: Sara Douza)

A la fin de cette journée, les recommandations et les travaux de la CACI France ont été dévoilés. Quatre axes ont été retenus pour développer et favoriser les échanges entre la France et l’Algérie : dans le secteur agricole ; l’amélioration et la sauvegarde des races autochtones algériennes avec une ferme expérimentale et une formation. Dans le secteur numérique, contribuer à la mise en place d’un passeport numérique pour l’économie. En matière commerciale, un appui à la mise en œuvre et à la reconnaissance du label « made in Algérie » à l’extérieur du marché algérien. Et pour le développement de l’équipement et la formation la CACI France recommande la mise en place d’un catalogue de formation haut de gamme pour l’Algérie et la France et la création d’un campus des métiers de l’industrie et de la santé, et une formation ciblée de haut niveau pour les PME et PMI.

jacque_lang.jpg
Jacques Lang, président de l’Institut du monde arabe (crédit photo: Sara Douza)

Jacques Lang, président de l’Institut du monde arabe où s’est tenu l’événement a clos les travaux de ce premier forum en annonçant son voyage avec François Hollande, lundi prochain, en Algérie et il est revenu sur cette journée. « C’est la première fois qu’un forum franco-algérien s’organise. C’est un immense succès d’influence, d’idées, de projets, et c’est très prometteur pour les liens économiques entre la France et l’Algérie (…) Il y a une amitié réelle, et cela compte beaucoup », a-t-il dit.