Le Pipe-line de la concorde

Un projet commun d’oléoduc entre le Soudan, l’Erythrée et l’Ethiopie en passe de réconcilier les trois voisins. Une fois n’est pas coutume.

La compagnie pétrolière soudanaise, National Petroleum Company (NPC) projetterait de construire un oléoduc permettant d’exporter vers l’Ethiopie et l’Eryrthrée, a annoncé lundi, le directeur de l’agence de presse soudanaise, SUNA, M Mohamed Abdoul Hamid Abdoul Samad.

De même source, une délégation de la NPC se rendrait à Addis-Abeba et Asmara pour envisager un partenariat à trois. L’oléoduc partirait de la raffinerie de Gaily entrée en service en juin, à quelques 50 kilomètres de Khartoum. Puis passerait par les trois provinces centrales de Guezira, Sennar et Gedaref. Avant de desservir les deux Etats voisins.

Si une telle information venait à se confirmer, ce projet constituerait un spectaculaire retournement de situation dans les relations plus que difficiles qu’entretiennent les trois nations de la Corne de l’Afrique.

Conflits frontaliers

L’Ethiopie et l’Erythrée sortent à peine d’un conflit absurde qui a fait plusieurs centaines de milliers de morts en deux ans. Les relations soudano-erythréennes ne sont pas au meilleur, non plus. Fin juillet les deux pays ont failli en venir aux mains sur les 380 kilomètres de frontières communes. Le 20 juillet, la junte au pouvoir à Khartoum avait même annoncé qu’elle se préparait à combattre une attaque érythréenne dans l’état de Kassala, voisin de l’ancienne colonie italienne. L’Erythrée reprochait à Khartoum d’avoir soutenu l’Ethiopie durant le conflit, Khartoum répondant qu’elle ne goûtait que fort modérément l’aide érythréenne apportée aux rebelles sudistes du SPLA qui combattent la junte depuis plus de quinze ans.

Les troupes d’Asmara s’étaient effectivement massées autour des villes de Gadamayet et de Gergif, points de départ d’une éventuelle offensive. Le pouvoir soudanais avait envoyé à Asmara, son ministre de la Défense, Barkri Hassan Sali, pour désamorcer la crise. Cible désignée des troupes érythréennes : la route reliant la capitale soudanaise à Port Soudan… où se trouve le conduit pétrolier essentiel qui, aujourd’hui, alimenterait les frères ennemis en or noir.