Le patrimoine à l’école

L’Ecole du patrimoine africain s’est lancée sur la Toile pour tirer la sonnette d’alarme sur l’état actuel du patrimoine culturel du continent. Et pour se faire connaître. Car la sauvegarde passe nécessairement par la formation et l’enseignement.

Un site Internet pour sauver des sites culturels. Pourquoi une école du patrimoine africain ?  » Parce que le patrimoine culturel africain est une source féconde de richesses encore inexplorée. Parce que la sauvegarde et la valorisation du patrimoine culturel nécessitent des compétences qui supposent une formation spécialisée et adaptée. Parce que dans la plupart des pays africains, il n’existe ni filière universitaire, ni école supérieure spécialisée en conservation et mise en valeur du patrimoine « , explique, sur le site, Alain Godonou, directeur de l’Ecole du patrimoine africain. L’établissement se propose donc de former un personnel qualifié pour sauvegarder le patrimoine continental.

SOS culture en danger

Il y a un peu plus de dix ans, le Centre international d’études pour la conservation et la restauration des biens culturels (Iccrom) voulait prendre le pouls des musées.  » Une enquête réalisée dans 61 musées de 46 pays révèle que dans la plupart des cas la situation des musées africains est catastrophique. Des collections entières se dégradent sans que le personnel en place ne réagisse de façon adéquate. C’est un vaste pan de l’histoire de l’humanité et de notre diversité créatrice qui risque de disparaître « , s’alarme Alain Godonou. Et depuis 1998, l’Ecole du patrimoine africain se charge de réanimer le tissu culturel par l’enseignement.

Le site Internet est avant tout une vitrine, une présentation de l’école. Mais il offre des liens inédits sur les musées africains. De design sommaire, il est de navigation facile.

Visiter le site .