Le nouveau souffle du Fespam

Le Festival panafricain de musique 2003 au Congo se fera cette année sous la houlette de l’organisateur des Kora, Ernest Adjovi. Fort de son expérience et de son savoir-faire, le promoteur béninois entend offrir un travail professionnel à la hauteur de l’événement. Un challenge pour donner un véritable essor à ce grand rendez-vous artistique et culturel.

Les Kora s’invitent au Fespam (Festival panafricain de musique). Les autorités congolaises ont appelé l’initiateur des Kora (trophées de la musique africaine), Ernest Adjovi, pour s’occuper des Fespam 2003 (2 au 7 août) et 2005. Travaillant en tant que prestataire de service avec sa propre équipe de techniciens, le maître d’oeuvre béninois souhaite mettre toute son expérience au service d’un événement qu’il considère comme un challenge. Même si le fait qu’il ne soit pas congolais suscite quelques commentaires, il assure travailler en bonne intelligence avec la nouvelle équipe de direction (nommée en début d’année). Devant l’actuel flou organisationnel qui règne autour du Festival, il répond sans détours aux différentes interrogations.

Afrik : Comment êtes-vous arrivé au Fespam ?

Ernest Adjovi : J’avais déjà été approché il y a quelques années par Henry Lopes, l’ancien directeur-général adjoint de l’Unesco et actuel ambassadeur de la République du Congo en France. Mais j’ai dû décliner l’offre car nous étions encore au début des Kora. Je ne voulais pas me disperser. Les autorités congolaises n’ont pas été satisfaites des deux dernières éditions du Fespam. Et j’ai, cette fois, été approché par l’actuel ministre de la Culture et Tourisme, Jean-Claude Gakosso.

Afrik : Quel est votre statut par rapport à l’organisation du Fespam ?

Ernest Adjovi : Je suis prestataire de services. J’ai signé le 22 janvier dernier un contrat de partenariat pour les Fespam 2003 et 2005. J’ai en charge la régie son et lumière, la communication, le marketing, la programmation et la post-production du festival.

Afrik : Quelle est votre ambition pour ce Fespam ?

Ernest Adjovi : Je n’ai pas eu l’occasion de visionner ce qui a été fait sur les autres éditions, car rien n’a été fait en ce sens. J’ai lu des rapports et j’ai cerné les raisons pour lesquelles il y avait eu des ratés. Nous allons tout faire pour être professionnels. Nous veillerons à ce que l’Afrique soit fière de nous.

Afrik : Comment allez-vous assurer le professionnalisme ?

Ernest Adjovi : Je me déplace avec toute mon équipe (celle des Kora, ndlr), soit 96 hauts techniciens. Je ne veux pas prendre de risques. Si on est venu me chercher, ce n’est pas pour faire du bricolage.

Afrik : Le fait que vous n’utilisiez pas les techniciens congolais n’engendre-t-il pas certaines critiques au Congo ?

Ernest Adjovi : Cela dérange même certaines personnes que ce soit à un Béninois que l’on confie la tâche d’organiser le Festival. Ils ont l’impression qu’on a laissé le Fespam à un étranger. Or le festival n’est pas congolais, il est africain et je suis un Africain. Et je viens avec un savoir-faire et une équipe pour qu’il soit une réussite.

Afrik : Combien allez-vous gagner pour ce Fespam ?

Ernest Adjovi : Le budget des précédentes éditions tournait aux alentours de 5 milliards de F CFA. Celui-ci coûtera seulement 3 milliards dont un tiers pour moi. Cela peut paraître beaucoup pour certains mais je leur demande juste d’attendre le 2 août pour me juger par rapport à la qualité de mon travail.

Afrik : Vous gérez toute l’organisation du festival. A quoi sert dans ces conditions le comité de direction du Fespam dont Ferréol Gassackys est le commissaire-général ?

Ernest Adjovi : Le Fespam n’est pas une simple fête de la musique. Autour de l’événement, il y a des symposiums, des expositions, des activités culturelles et le Musaf (marché de la musique africaine). Nous ne nous occupons pas de tout cela. Et concernant la programmation du Festival, je travaille en étroite collaboration avec Jean-Jacques Bayonne, le directeur artistique du Fespam.

Afrik : Lors de la conférence de presse du Fespam, en mai dernier à Paris, la programmation artistique ne semblait pas prête. Qu’en est-il aujourd’hui ?

Ernest Adjovi : Elle est très avancée. Nous avons pour l’heure une liste de 49 artistes prévus. Mais cette liste reste ouverte. Car le Fespam est une affaire africaine et chaque pays peut nous envoyer des groupes que nous seront obligés d’accueillir. Le thème du Fespam 2003 est  » Itinéraire et convergence des musiques traditionnelles et modernes d’Afrique « . Parmi les têtes d’affiches, nous pouvons citer, entre autres : Bonga, Youssou n’Dour, Brenda Fassi, Koffi Olomidé, Meiway et Magic System.