Le Nigeria envisage une croissance économique de 13%

Le gouvernement fédéral du Nigeria se fixe pour objectif d’atteindre une croissance économique de 13 %, contre 6% réalisée en 2006, selon un communiqué publié à l’issue d’une réunion présidentielle tenue à Abuja avec des ministres et conseillers spéciaux.

D’après le communiqué, l’objectif visé avec ce taux est de « sortir le Nigeria du sous-développement par le biais de la croissance ».

Le gouvernement compte ainsi développer les ressources humaines en s’appuyant sur les secteurs de l’éducation et la santé, en travaillant avec les nigérians de la diaspora, en veillant à l’application stricte du code de conduite qui régit les agents du secteur public et en intégrant les normes et valeurs religieuses et culturelles dans les programmes scolaires.

D’autres mesures concernent la garantie d’une discipline budgétaire et un décaissement efficient des fonds pour éviter des dépassements du budget ou l’abandon des projets ; le développement des principaux centres industriels et commerciaux et des métropoles tels que Lagos, Port Harcourt, Ibadan, Kaduna, Kano, Enugu etc, « étant donné que ces villes disposent de potentiels leur permettant d’être des catalyseurs pour un développement industriel accéléré ».

Le gouvernement projette également d’attirer les investissements directs étrangers nécessaires à l’industrialisation du pays et de sensibiliser les populations sur le fait que la sécurité et la stabilité devraient incomber à la responsabilité de tous les citoyens, de tous les groupement d’intérêt, et non celle des agents uniquement.

Parmi les décisions prises à l’issue de cette réunion de trois jours, on peut aussi noter la volonté manifeste d’exécuter les budgets « à temps et de façon concluante » afin d’éviter des altercations entre la Présidence et l’Assemblée nationale, « comme celles notées avec le gouvernement sortant ».

« Etant donné que la primauté du droit est vitale au progrès et au développement de la nation, le gouvernement est résolu à renforcer les institutions pour encourager le respect des lois et à réorganiser la police en la dotant de moyens nécessaires pour en faire une police respectable et efficace dans le but de permettre à la justice de faire son travail de manière effective et efficiente », souligne le communiqué.

Concernant la violence qui fait rage dans la région pétrolière du Delta du Niger, la réunion reconnaît les énormes problèmes de développement et de sécurité auxquels le pays reste confronté dans cette région et exprime son soutien à l’engagement du gouvernement à s’attaquer à ce défi.

Le président nigérian, Umaru Yar’Adua, avait convoqué cette réunion dans l’objectif « d’approfondir la compréhension des hauts fonctionnaires de l’Etat de la vision et de la mission qu’il a pour la gouvernance et le développement du Nigeria », précise le document.