Le Net se brade au Kenya

La guerre des prix dans les cybercafés kenyans fait rage. La moitié des établissements de Nairobi sont menacés de fermeture d’ici fin avril. Regroupés en association, les propriétaires des cybercafés du pays essaient de s’entendre pour endiguer une concurrence acharnée qui ne profite à personne. Sauf aux usagers.

De 10 shillings (0,15 euro) en 1999, la minute de connexion dans les cybercafés kenyans est tombée jusqu’à 0,5 shilling (0,005 euro). Une aubaine pour les usagers, un cauchemar pour les propriétaires d’établissements, dont beaucoup ont dû fermer boutique. La moitié des exploitants de Nairobi sont menacés de disparaître d’ici la fin avril. Devant l’urgence de la situation, les professionnels du secteurs se sont constitués en association pour

juguler l’anarchique concurrence tarifaire.

Pour la majeure partie des acteurs de l’Internet au Kenya, l’actuel guerre des prix est une dangereuse aberration économique. Interrogé par The East African, le directeur général du fournisseur d’accès Swift Global estime que tous tarifs en-dessous de 3 shillings par minute sont  » suicidaires pour le business « . Et nombreux sont ceux qui partagent son avis.

Fixer les prix du marché

Les marges bénéficiaires des cybercafés se réduisent comme une peau de chagrin. Vingt établissements ont déjà plié bagage depuis novembre dernier, mais au rythme où vont les choses la moitié des cent opérateurs restant de la capitale risque de fermer boutique, estime-t-on dans la profession. Une profession qui a décidé de réagir et de se prendre en main. Au-travers de la toute jeune Association des propriétaires de cybercafés du Kenya (CCOAK), elle tente de s’organiser pour fixer une fourchette commune de tarifs.

Pour peu onéreux que soit l’Internet kenyan, il reste que le Net est encore réservé à une certaine élite nationale. La CCOAK travaille pour la vulgarisation du Web dans le pays. Elle a lancé des actions de lobbying auprès du gouvernement pour introduire des cours d’informatique à l’école. Le fossé numérique est toujours là. Et pour une grande partie de la population, l’actuel combat des cybercafés pour leur survie reste complètement opaque.