Le Musée Afropéruvien édite un livre sur la rencontre de deux continents : Afrique et Amérique

Le Musée Afropéruvien a édité le livre intitulé “Africanos y Pueblos Originarios”(Africains et Peuples Originaires), qui contient les contributions d’éminents intellectuels et artistes du Pérou, de l’Équateur et du Mexique sur un thème ayant fait l’objet de peu de recherche dans notre région.

Ils abordent diverses dimensions des relations entre afrodescendants et indigènes.

L’originalité du livre se base sur l’accent qui est mis sur les relations harmonieuses, solidaires et de confluence entre afrodescendants et indigènes dans divers cadres. La vision unilatérale qui mettait uniquement l’accent sur les conflits et les tensions entre les deux ethnies mentionnées est dépassée.

Le livre “Africanos y Pueblos Originarios” contient les Mémoires de l’Atelier Dialogue Interculturel :Afrodescendants et indigènes (“Diálogo Intercultural: Afrodescendientes e Indígenas”, ) qui s’est tenu en octobre 2006 dans la ville de Chiclayo et qui avait connu la présence d’écrivains nationaux et étrangers. Au cours de l’événement sus cité avaient été présentés des rapports sur les relations interculturelles dans les cadres suivants : vie quotidienne, travail, relations conjugales, linguistique, religiosité et festivités. Le livre a été soutenu par l’ UNESCO-Quito.

Il faut également souligner les contributions sur la danse des petits noirs, “negrillos“ ou morenadas dans les zones des hautes andes du Pérou, de la Bolivie et Nord du Chili, par “Chalena” Vásquez, Sonia Arteaga, Francisco Vallejos et José Limonchi.

Pour avoir une idée du contexte, le livre publie des recherches de l’historienne mexicaine Luz María Martínez Montiel et l’anthropologue équatorien Pablo Minda. Un rapport de l’anthropologue péruvienne Haydee Quiroz en fait également partie.

Concernant la côte péruvienne, la publication montre de précieux travaux sur les relations entre afrodescendants, les indigènes et les métisses. Dans ce cadre, le célèbre Manuel Acosta Ojeda livre un témoignage important

Du nord du Pérou sont présentés des registres sur les relations interethniques à travers de chansons populaires. Les contributions sont de Carlos Espinoza León, Guillermo Figueroa et Ninfa Idrogo

Soulignons également les approches régionales de Abelardo Alzamora (Yapatera-Piura); Hermes Palma (Chincha) Oswaldo Bilbao (Lima), Juan Leiva (Zaña) et Martha Pro Santana (Lima) sur les relations afro indigènes. Ils sont tous des représentants de communautés et d’institutions afrodescendantes.

Esteban Puig, présente un travail sur la religiosité hispanique et afrodescendante.

Les travaux de Oscar Chambi Echegaray et Elena Quillama s’avèrent d’une extrême importance concernant la vision andine. Cette dernière a réalisé une étude scientifique sur la chicha, une boisson péruvienne millénaire.

Les éditeurs du livre sont Sonia Arteaga Directrice du Musée Afropéruvien et Luis Rocca Torres socio fondateur de ladite institution. Le Musée Afropéruvien fut fondé en mars 2005 à Zaña-Chiclayo et ce livre lance une série de publications sur la présence africaine dans la région andine.