Le monde, l’arbre, les étoiles… et puis Tabou Combo !

tabou2.jpg

Yé kriK !… Yé krak !

Il était une fois un arbre, qui cachait des étoiles. Il vivait au Sud. Pendant des siècles et des siècles, il les avait gardées pour éclairer ses propres nuits. Jusqu’au jour où le monde était tombé dans une nuit apocalyptique des plus noires.

Un enfant du Nord, fuyant le noir du monde, tomba nez à nez avec un enfant de l’arbre, une étoile. Il le supplia de lui vendre quelques étoiles de l’arbre. L’enfant de l’arbre, qui voyait le noir tout autour de lui, voulut le découvrir au côté de l’enfant du Nord. Pour cela, il avait besoin des étoiles pour l’accompagner dans son aventure. Ainsi, il les subtilisa à l’arbre pendant qu’il sommeillait un peu.

Yé mistikrik… Yé mistikrak !

C’est depuis ce jour là que les étoiles de l’arbre, dispersées aux quatre vents, éclairent le monde : elles font découvrir le monde sous un autre jour, comme l’Etoile du matin. C’est depuis ce jour-là que l’on peut croiser des étoiles au Zénith…

Et, ce samedi 06 novembre 2010, à l’approche du solstice d’hiver, une étoile de la Diaspora de l’arbre, Tabou Combo (un groupe de musiciens de renom d’origine haïtienne), sera au Zénith de Paris, pour dédicacer son nouvel opus (Konpa to the World), qui compte 12 titres lumières. Il y aura de la Rumba et du Konpa, en mémoire de l’arbre, autour duquel on conjure l’oubli (comme aimait à le soutenir avec force détails une des étoiles de l’arbre, l’illustre Aimé Césaire). Il y aura aussi, pour ajouter à ce plaisir des podiums arc-en-ciel, la présence de l’art de faire chanter les couleurs avec les styles et habits du Nord mis en valeur par les étoiles de la SAPE (Société des Ambianceurs et des Personnes Elégantes) venues du Sud.

Tout ceux qui veulent vérifier la véracité de cette histoire qui traverse les générations devraient venir au Zénith de Paris ce 06 novembre, pour voir comment des étoiles réunissent la musique et les hommes, avec des airs mémorables et des tempos qui enchantent.

Pour l’occasion, en souvenir de l’Afrique-mère, de Toussaint Louverture et de Patrice Eméry Lumumba, Tabou Combo, interprétera deux classiques mémorables : ‘‘Indépendance Cha-Cha’’ des Soleils des Indépendances africaines (cinquantenaire des Indépendances oblige !) et ‘‘L’argent ne fait pas le bonheur’’ (parce que ce sont les étoiles qui le font).

Aboubia ! Rendez-vous, à la tombée de la nuit (20 heures), au Zénith de Paris …

Chronique d’Aimé EYENGUE, écrivain

Dernier livre : Le Conseiller du Prince (L’Harmattan)

Blog : http://eyengue.blog.fr