Le Maroc tente de sauver Brahim Saadoun, combattant pro-Ukraine condamné à mort

Brahim Saadoun, capturé
Brahim Saadoun, capturé par l'armée russe

Le royaume du Maroc vole au secours de Brahim Saadoun, jeune marocain, condamné à la peine capitale au Donbass, pour son engagement aux côtés des forces armées ukrainiennes.

Le royaume du Maroc, qui n’aurait pas fourni d’avocat à Brahim Saadoun, a finalement réagi à la situation de ce jeune combattant, actuellement dans le couloir de la mort en Ukraine. Un communiqué de l’ambassade du Maroc à Kiev, a indiqué que l’étudiant marocain qui s’est «enrôlé dans l’armée ukrainienne de sa propre volonté, se trouve actuellement emprisonné par une entité qui n’est reconnue ni par les Nations Unies ni par le Maroc».

La représentation diplomatique royale, qui a précisé que le jeune homme n’est pas un mercenaire, comme l’a accusé le tribunal qui l’a jugé, a ajouté que «Brahim Saadoun est capturé portant l’uniforme de l’armée de l’État d’Ukraine, en tant que membre d’une unité de la Marine ukrainienne». Non sans rappeler que «dans ses déclarations, l’intéressé a confirmé s’être enrôlé, de sa propre volonté, dans l’armée ukrainienne. Il a même indiqué disposer de la nationalité ukrainienne, des propos qui ont été, par ailleurs, confirmés par son père».

Le jeune marocain Brahim Saadoun ainsi que les Britanniques Aiden Aslin et de Shaun Pinner ont été capturés, en avril dernier, par l’armée russe, à Marioupol, alors qu’ils combattaient aux côtés des forces armées ukrainiennes. Accusés d’être des mercenaires, ils ont été jugés, le jeudi 9 juin dernier, et condamnés à la peine de mort par la justice des autorités séparatistes de Donetsk. La veille, Saadoun a refusé d’avouer l’accusation de «participation de mercenaires à un conflit armé ou hostilités».

Lire : Guerre en Ukraine : retour sur le procès des deux Britanniques et du Marocain condamnés à mort