Le Maroc arrose ses jeunes pousses

Avec la création, à Casablanca, d’un espace dédié aux Technologies de l’Information, le gouvernement affirme un engagement fort auprès des entreprises du secteur.

Casablanca et le Maroc se dotent d’une structure d’état pour accueillir et aider les jeunes entreprises du domaine des technologies de l’information (TI). Il s’agit, selon un membre du Secrétariat d’Etat à la poste et aux technologies de l’information,  » d’encourager le développement et le suivi des start-up  » qui tentent l’aventure. Ce centre ressource de 20 000 m2 abritera des organismes de formation, des banques, des professionnels de la finance, de la comptabilité, de la communication susceptibles d’accompagner les jeunes entreprises dans leurs processus structurants.

Le parc technologique, opérationnel dans six mois, sera administré par une entité sont les membres n’ont pas encore été nommés mais qui aura pour fonction, entre autres, de sélectionner les entreprises qui seront présentes sur le site. Le pôle d’activités sera également le siège de quelques jeunes pousses qui pourront trouver sur place toutes les personnes ressources dont elles auront besoin pour leur développement.

Un nouvel intérêt de l’Etat pour les TI

A côté de cette initiative, d’autres signes montrent clairement les nouvelles orientations de l’état en matière de TI. Il en est pour preuve le changement de nom du groupe BMCE (Banque Marocaine pour le Commerce Extérieur), récemment rebaptisé Finance.com. Un groupe restructuré en holding dont une de ses quatre branches d’activités, via la société Cybermed.works créée spécialement à cet effet, est entièrement dédiée aux Nouvelles Technologies de l’Information. Si, comme l’indique le journal  » L’économiste  » le pays manque cruellement d’expertise en matière de projets NTI – ce que dément un membre du Secrétariat d’Etat à la Poste et aux technologies de l’information -, avec les nouvelles implications du gouvernement, le retard est en passe d’être bientôt rattrapé.