Le Maroc accusé d’être « facteur d’instabilité pour l’Afrique du Nord »

L’opportunité de la 6e édition de l’université d’été des cadres du Front Polisario clôturée, ce samedi, à Boumerdès, a été saisie par l’organisation pour accuser le Maroc d’être un « facteur d’instabilité pour l’Afrique du Nord ».

Lors de la 6e édition de l’université d’été de ses cadres clôturée ce samedi, à Boumerdès, après deux semaines de conférences aux thématiques variées, le Front Polisario s’est dit convaincu que le Maroc est un « facteur d’instabilité pour l’Afrique du Nord », a écrit El Watan.

Le site précise que lors du discours de clôture, Salem Lebsir, membre du secrétariat national du Polisario, cible encore le régime marocain. « Le Maroc est le premier producteur et exportateur de la drogue dans le monde. L’argent sale de la drogue participe directement dans la création, le financement et l’encouragement des bandes de la criminalité organisée et des groupes terroristes. Ce qui a engendré des tensions et une instabilité touchant l’ensemble des pays du Sahel et ceux du nord-ouest de l’Afrique », reprend El Watan.

Exhortant l’ONU à prendre ses responsabilités, les rédacteurs du discours ont insisté que l’instauration de la paix dans cette région de l’Afrique doit passer inévitablement, et en premier lieu, par une solution équitable et démocratique au conflit sahraoui, précisant qu’il « est du devoir de l’Organisation des Nations Unies de veiller à l’application de la résolution 1514 portant sur la nécessité de mettre rapidement et inconditionnellement fin au colonialisme sous toutes ses formes et dans toutes ses manifestations. Et le Sahara Occidental en est le premier concerné ».

Qualifiant de « honteux » le silence de la communauté internationale face aux « graves atteintes aux droits de l’Homme dans les territoires du Sahara Occidental et le pillage de ses richesses naturelles par le colonisateur marocain », Salem Lebsir a été accompagné dans sa logique par des responsables algériens, qui ont dénoncé « les pratiques du régime marocain et sa politique colonialiste au Sahara occidental, en précisant que les deux peuples marocain et algérien sont et resteront frères ». C’est le cas notamment de Moussa Touati, président du Front national algérien (FNA), qui, dans son discours, a fustigé « la politique expansionniste du Maroc ».

M. Touati est allé jusqu’à suggérer aux Sahraouis de reprendre la lutte armée. « Si vous constatez que l’action politique n’aboutit pas à une solution à ce conflit, vous devriez reprendre les armes et déclencher la guerre », a-t-il insisté.