Le maquillage selon Saint-Fabrice

Fabrice Mahabo, jeune ivoirien de 29 ans, a créé Black up, ligne de maquillage haut de gamme pour peaux noires et métisses, à Paris en 1999. Sa recette du succès : foi et couleurs.

 » Si tu vas dans un pays où on danse sur le pied gauche, danse sur le pied gauche !  » Sa mère lui a dit et répété la leçon et Fabrice Mahabo l’a bien retenue. Jeune chef d’entreprise ivoirien, il a su s’implanter dans le milieu très fermé des cosmétiques français en créant une ligne de maquillage destinée aux femmes noires et métissées. Black up est né à Paris en mai 1999.

Fabrice Mahabo, c’est une allure : jean, veste de costume, chemise à carreaux et pochette assortie. Et un style : chaleureux, tout sourire, bourré d’humour. Le jeune dandy, tiré à quatre épingles, reçoit dans ses nouveaux bureaux, vaste espace à la fois classique et moderne. Débarqué à Paris dans les années 1990, ce touche-à-tout du make-up réalise rapidement que le milieu du maquillage est trop formel et trop étroit pour lui. Il décide alors de lancer une ligne haut de gamme mixant racines africaines et modernité européenne. A l’époque, c’est une véritable prise de risque. Il relève le défi avec à l’esprit la phrase de Malcolm X :  » soyez noir et entreprenant et vous verrez ! »

De la passion est née la différence

Lorsqu’il aborde son concept et son slogan,  » De la passion est née la différence « , Fabrice tombe la veste et les masques.  » Les filles noires, arabes ou métisses, ici en France, ont besoin de vivre comme toutes les autres, elles n’ont pas envie d’acheter leurs produits de beauté à Strasbourg-Saint-Denis en face d’un poissonnier. Celui qui s’oriente vers le côté purement ethnique n’a rien compris. Je veux surmonter les clichés.  »

Rien n’a été laissé au hasard : il a ouvert une boutique show-room en plein coeur du Paris branché, quartier Etienne Marcel. Les produits sont fabriqués en France. La stratégie marketing est développée pour lui permettre  » d’aller plus loin « . L’équipe est jeune et soudée  » Ici, c’est une vraie famille, Fabrice est à la fois notre papa et notre copain « , confesse Nelly, son assistante.

Très inspiré et totalement libre du côté artistique, il s’avoue mauvais gestionnaire.  » Malgré les invocations à Saint-Joseph, mon père spirituel et protecteur, ce n’est pas mon truc « , dit-il en riant. Son truc ?  » Quand je reçois des lettres de clientes me remerciant de les rendre belles…j’y crois !  »

Par Saint-Joseph, je suis nul en calcul

C’est avec beaucoup de tendresse qu’il évoque ses racines africaines. Depuis quatre ans, il n’a pu rendre visite à sa famille restée au pays, mais les préceptes de sa maman occupent toujours son esprit, tout comme les couleurs  » flashy  » de son pays natal guident ses collections.

Devant une pile d’ouvrages, il feuillette ses sources d’inspirations : le photographe Mario Testino, le livre Black Beauty, quelques magazines pointus comme I.D ou Trace. Influencé par ses voyages, dont il retient  » les palettes de couleurs « , il repère aussi la carnation d’une fille croisée dans la rue.

A 29 ans, Fabrice rêve d’expansion. Ses produits sont désormais en vente sur son site Internet, il projette d’ouvrir une boutique à Londres fin 2002 et d’élargir sa gamme vers une population plus européenne. Pour cela, il se laisse porter par sa foi :  » Ce que l’homme juste entreprend, il le réussit « . Dixit Saint Joseph.

Anne Priso

Black up. 12, rue de Turbigo 75002 Paris. M° Etienne-Marcel. 33 (0)1 42 21 36 32

Photos :

Mannequin

Produits

Fabrice Mahabo

Les bureaux

Rouges à lèvres

boutique

Présentoirs.

Les photos sont de Laurent Harbulot

Imaging, 3 rue des Petites Ecuries

75010 Paris

Tel : 06 09 88 13 97