Le Mali tente une passation de pouvoir en douceur


Lecture 2 min.
arton33032

La prestation de serment du nouveau Président malien, Ibrahim Boubacar Keïta, élu le 11 août dernier, aura lieu le 4 septembre, au Centre international de conférence de Bamako. En attendant cette date, la passation de pouvoir a commencé.

Dans moins de 10 jours, Ibrahima Boubacar Keita, nouveau Président du Mali, élu avec 77% des suffrages au second tour de la Présidentielle disputée le 11 août dernier, face à son unique challenger, Soumaila Cissé, va prêter serment. Cette cérémonie aura lieu le 4 septembre, au Centre international de conférence de Bamako. Avant cette date du 4 septembre, IBK a entamé les démarches visant à former l’équipe gouvernementale qui va l’aider dans sa lourde tâche de redresser le Mali qui traverse une crise sans précédent.

Selon une information parue sur Rfi, Ibrahim Boubacar Keïta (IBK) a désigné deux de ses proches : Oumar Tatam Ly, un fonctionnaire malien de la Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO) et Cheick Diarra, un ancien diplomate malien aux Etats-Unis. Les deux travaillent actuellement ensemble, notamment avec le Secrétaire général de la Présidence, Ousmane Sy, pour une passation de pouvoir en douceur.

Certains Maliens proches d’IBK chercheraient à se rapprocher du Président nouvellementé lu pour obtenir leur part du butin, ou disons du gâteau. Sauf qu’ils semblent ne pas avoir saisi le message d’Ibrahima Boubacar Keita qui a déjà séduit une bonne partie des Maliens à travers sa phrase qui a fait le tour du monde. Il avait en effet prévenu que « ce ne sera pas un partage de gâteau ». Et certains ne veulent pas comprendre le message clair sont inquiets du fait qu’ils n’arrivent plus à joindre IBK et sont obligés de se rabattre sur son fils Karim Keïta.

En attendant le dernier Conseil des ministres de Dioncounda Traoré et son équipe, cette semaine, le gouvernement travail pour une transition très en douceur.

Suivez Afrik.com sur Google News Newsletter