Le jour de l’Aïd al Fitr

La Mosquée du Palais Royal à Rabat

Presque partout en Afrique, en Europe et au Moyen-Orient, les Musulmans célèbrent ce lundi l’Aïd al Fitr, la Fête religieuse qui suit le dernier jour du Ramadan.

Comme chaque année, après le temps des controverses sur la bonne date de début du Ramadan, et donc la bonne date pour cesser le jeûne, le consensus se fait dans la Communauté des Croyants et une même date s’impose de La Mecque à Rabat, en passant par Tunis, Alger, Paris, Tombouctou, Dakar…

Lundi 23 octobre 2006, le Jour de la Fête!

La première partie du rite s’effectue à la Mosquée : on y célèbre la prière de l’Aïd aux alentours de 9h00 du matin, avant d’entendre un discours de l’imam. Tout au long des célébrations les Musulmans entonnent des « takbirs », pour célébrer la grandeur de Dieu. Après la cérémonie, les fidèles s’embrassent et se souhaitent mutuellement un bon Aïd… Avant de faire le tour de leurs proches en leur offrant des pâtisseries rituelles…

Avec l’Aïd el Kébir, qui commémore le sacrifice d’Abraham, et le vendredi de chaque semaine, jour de la grande prière, l’Aïd el Fitr est en effet d’abord et avant tout l’une des trois fêtes religieuses de l’Islam.

Fête religieuse… mais aussi populaire

Jour de fête et de générosité, l’Aïd el Fitr est aussi l’occasion attendue des enfants : gâteaux, sucreries, argent, les cadeaux pleuvent sur eux, et font du rite religieux un moment de fête partagée, de retrouvailles familiales, de bonne chère et de jeux…

Reste évidemment que certains se retrouvent seuls, au contraire, le jour de l’Aïd, parce qu’ils sont loin de chez eux, loin de leur famille et de leur pays, parce qu’ils n’ont pas les moyens de faire le voyage, que leur métier ne les autorise pas à s’absenter, ou qu’ils vivent coupés des leurs…

C’est évidemment vers eux que nous nous tournons en tout premier lieu ce lundi pour leur souhaiter, à travers cet article de sympathie et de fraternité, un bon Aïd, ainsi qu’à tous les Musulmans qui nous lisent!