Le Jour dans la tourmente

Le quotidien ivoirien  » Le Jour  » a connu des jours meilleurs. Il vient de reprendre ses publications après une semaine d’interruption mais le bras de fer entre les actionnaires et l’ancien directeur de publication continue.

Mardi matin, les Ivoiriens ont à nouveau trouvé le quotidien  » Le Jour]  » dans leurs kiosques, après plus d’une semaine d’absence. Même titre, mêmes rubriques, mêmes signatures… sauf une. Le nom du directeur de la publication, Diégou Bailly, n’apparaît plus dans l’ours.

Alors qu’à sa création en 1994,  » Le Jour  » jouit d’une bonne image et trouve rapidement son public, ses finances vont mal depuis quelques temps. La raison : une baisse des ventes et donc de la publicité. Fin avril, certains journalistes sont mis au chômage technique avant d’entrer en grève. Le 24, le quotidien est suspendu. Le 27, les actionnaires majoritaires se réunissent en assemblée générale. Le 2 mai, ils limogent Diégou Bailly, qui détient 35% des actions, pour mauvaise gestion.

L’ancien directeur de publication conteste la décision des actionnaires et clame qu’il est propriétaire du titre. Il accuse en outre le directeur financier Coulibaly Biamary du détournement de quelques 200 millions de F CFA. La bataille continue donc entre le directeur de la publication limogé et les actionnaires, chacun revendiquant le titre. La question sera définitivement réglée le 30 mai prochain lorsque le tribunal tranchera.

Reprise du service

Pour l’heure, la plupart des journalistes et agents du quotidien ont repris du service. Une partie des arriérés de salaires a été payée et c’est sous la direction du rédacteur en chef, Abdoulaye Sangaré, que le journal paraîtra jusqu’au 30 mai.  » Toute cette histoire est triste, regrette Bernadette Bah, qui a travaillé quatre ans au Jour. Les gens appréciaient ce journal et Diégou Bailly était une référence au niveau de la presse nationale.  »

Aujourd’hui, les rumeurs vont bon train. Selon Bernadette Bah, la crise du Jour est due à des raisons strictement économiques. Mais pour certains, Diégou Bailly serait pris entre les feux croisés de son amitié supposée avec l’actuel président Laurent Gagbo et d’Alassane Ouattara, qui porterait le plus gros des actions du journal. Bien que son nom n’apparaisse pas officiellement.