Le Jet de la discorde

Alors que la population swazie meurt de faim, le roi Mswati III devrait recevoir le jet privé à 45 millions de dollars qu’il convoite depuis plusieurs mois. Le Parlement a déjà voté contre cette dépense inconsidérée et les bailleurs de fonds européens se désengagent du pays. Mais le Roi s’entête.

Il y a quelque chose de pourri au royaume du Swaziland. Le roi du pays, Mswati III, préfère s’offrir un jet privé que de soulager son peuple de la famine. Le souverain devrait recevoir son nouveau jouet avant la fin du mois. Le Parlement swazi a voté le 18 octobre dernier contre l’achat de ce jet à 45 millions de dollars, et le roi déclarait alors dans Times of Swaziland que les parlementaires auraient le dernier mot sur cette affaire. Aujourd’hui, il n’en est rien. Malgré les critiques, Mswati III s’entête. Il aura son jet privé avant Noël. 2,8 millions de dollars ont d’ores et déjà été versés, il y a deux mois, à la société canadienne qui doit fournir l’engin, Bombardier Global Express.

Au vu des graves problèmes économiques et sociaux que connaît le petit pays, coincé en sandwich entre l’Afrique du Sud et le Mozambique, le Parlement s’était prononcé le 18 octobre pour l’arrêt du contrat. En août dernier, les Nations Unies rapportaient que le pays avait besoin de 19 millions de dollars en urgence pour assurer la survie d’un quart de la population menacée par la famine, après une année de sécheresse. Plus de 500 000 Swazis, sur un million d’habitants, sont déjà touchés par un sérieux manque de nourriture.

Les bailleurs s’en vont

Alors que 38% de la population entre 15 et 39 ans est séropositive, le prix du jet correspond à plus du double du budget annuel de la santé qui est de 20 millions de dollars. Selon la Banque centrale du Swaziland, le pays accuse un déficit de 56 millions de dollars et une dette extérieure de 300 millions. Suite à l’entêtement du Roi, les bailleurs de fonds européens se sont déjà retirés du pays. L’un d’eux devait fournir pour 4 millions de rands de graines et de fertilisants pour aider les fermiers de la région du Lowveld. Mais la somme, dont devait bénéficier la Croix-Rouge swazie, a été bloquée.

Le ministre de l’Energie et des Ressources naturelles, Magwagwa Mdluli, a défendu, lundi, le choix du souverain :  » le jet est nécessaire pour la sécurité du Roi lors de ses déplacements pour attirer les investisseurs étrangers et les bailleurs de fonds « , a-t-il assuré.  » Les gens disent qu’avec l’achat de ce jet, la famine va s’aggraver. Ce n’est pas vrai. Le jet est essentiel pour que le Roi aille chercher l’aide alimentaire dans les autres pays.  » Rien ne semble arrêter le représentant de la dernière monarchie absolue africaine, qui n’en fait qu’à sa tête.