Le groupe armé du terroriste algérien Mokhtar Belmokhtar prête allégeance à l’Etat islamique

Le mouvement Al-Morabitoune, dirigé par le terroriste algérien Mokhtar Belmokhtar, a à son tour annoncé son allégeance à l’Etat islamique.

Le terroriste algérien Mokhtar Belmokhtar fait de nouveau parler de lui. Un responsable de son mouvement armé Al-Morabitoune, a annoncé son allégeance à l’organisation Etat islamique (EI), dans un enregistrement audio diffusé par l’agence mauritanienne privée Al-Akhbar. « Le mouvement Al-Morabitoune annonce son allégeance au calife des musulmans Abou Baqr al-Baghdadi, bannissant ainsi les divisions et les dissensions au sein de la Nation », affirme en arabe Abou Walid Sahraoui, un des responsables du mouvement du terroriste algérien dans cet enregistrement.

Mokhtar Belmokhtar a été formé et a combattu en Afghanistan où il a été grièvement blessé à l’œil droit par un éclat d’obus, ce qui lui vaudra le surnom de « Belaouer » ou « Laouer », qui signifie « le borgne ». Puis il a combattu pendant la Décennie noire dans le sud de l’Algérie au sein du Groupe islamique armé (GIA), puis du Groupe salafiste pour la prédication et le combat (GSPC). Il est à l’origine du ralliement des djihadistes algérien à Al-Qaida qui a donné naissance à l’organisation terroriste Al-Qaida au Maghreb islamique (AQMI), en 2007.

Belmokhtar est également le premier chef d’AQMI à s’implanter hors d’Algérie, dans les pays du Sahara et du Sahel, et principalement au Mali. Spécialisé dans les prises d’otages, il est notamment à l’origine de l’enlèvement des deux Français Vincent Delory et Antoine de Léocour, au Niger, en janvier 2011. En décembre 2012, en conflit avec les autres chefs d’AQMI, il crée son propre mouvement, « Les Signataires par le sang », dont la principale action est la prise d’otages d’In Amenas dans le sud de l’Algérie, en janvier 2013, durant laquelle 37 otages et 29 terroristes ont trouvé la mort. Il aurait aussi supervisé le double attentat contre Areva au Niger, en mai de la même année.

Son groupe fusionne avec le le Mouvement pour l’unicité et le jihad en Afrique de l’Ouest (MUJAO) pour former « Al-Mourabitoune » qui a revendiqué, en mars dernier, une attaque meurtrière à Bamako au Mali, qui a causé la mort de cinq personnes. Mokhtar Belmokhtar était jusqu’ici le terroriste le plus recherché dans le Sahel. Les Etats-Unis proposent 5 millions de dollars pour retrouver celui qu’on appelle « mister Marlboro » pour ses trafics de cigarettes dans le Sahara. L’annonce de sa mort a été faite il y a quelques mois, son décès n’a jamais été confirmé. Pour le moment, il est porté disparu.

Deux mois avant le terroriste algérien, le terroriste nigérian, chef du groupe armé Boko Haram, avait aussi porté allégeance à l’organisation de l’Etat islamique, qui ne cesse d’étendre ses tentacules un peu partout dans le monde.