Le grand méchant Wolf

C’est de nouveau un alsacien, Noël Wolf, qui s’est imposé vendredi sur la troisième étape du Tour du Burkina Faso. Les Camerounais dominent un classement général resserré, Joseph Sanda cédant le maillot jaune à son compatriote Martinien Tega.

On connaissait les Lions du Cameroun, les Eléphants de Côte d’Ivoire et les Etalons du Burkina. Grâce à Jean-Noël Wolf, qui s’impose dans le dernier kilomètre de l’étape menant à Pa, il convient désormais de parler des loups alsaciens (en anglais, wolf signifie loup), qui signent leur deuxième victoire consécutive sur le Tour. Si la formation de l’Est de la France se fait remarquer sur les étapes, c’est toujours le Cameroun qui mène le classement général, Martinien Tega enfilant le maillot jaune que lui cède son compatriote Joseph Sanda.

Attaques timides

Les 106 coureurs composant encore le peloton sont au courant de la difficulté du parcours du jour, puisqu’ils se sont épuisés la veille sur la même route dans le sens inverse, en allant à Gaoua. Les attaquants, même les plus déraisonnables, reportent donc leurs projets d’évasion à plus tard. Zongo, Soudre (Burkina), Tamno Tokam (Cameroun) et Fukuhara (Japon) tentent bien une timide accélération dès le kilomètre zéro, mais sont trahis par leur manque de conviction. Idem pour Dieng, Keita (Sénégal), Marien (Belgique), M. Sawadogo (Burkina) et Tegumaha (Cameroun), repris au kilomètre 23 sans même avoir compté dix secondes d’avance sur le peloton.

C’est autour du kilomètre cinquante que la fatigue commence à se faire sentir, facilitant la création d’un groupe de seize coureurs en tête de la course. Jérémie Ouedraogo, vainqueur de la première étape, y représente le Burkina avec l’inusable Saïdou Rouamba, Tall et Laurent Zongo, tandis que le Cameroun a dépêché Pascal Bouba et Martinien Tega. Le Belge Karel Pattyn, toujours placé dans les étapes précédentes, s’empresse de suivre le mouvement et effectue la jonction au kilomètre 59.

Les trois premiers du général en trois secondes

L’écrémage se poursuivant, dans le peloton, un groupe de contre-attaquants comprenant également seize coureurs prend le large au kilomètre 65. Au 72è, la jonction s’opère. L’avance de cette trentaine de coureurs sur ce qu’il reste du peloton est suffisante pour parier sur la victoire de l’un d’entre eux à Pa. Inspirés, le Cantalou Benoît Dunet et l’Alsacien Michel Kauffman se font la belle au km 76.

Le coup porté au groupe principal n’est pas fatal mais a le mérite de clarifier la situation, car les poursuivants du duo français sont de moins en moins nombreux. Rejoints dans un premier temps par une élite restreinte où figurent notamment Bouba, Tega (Cameroun) ou Pattyn (Belgique), ils s’extraient de nouveau en emmenant dans leurs roues J.Ouedraogo, Tall et A.Thiam (Sénégal).

A cinq kilomètres de l’arrivée, les cinq compagnons ouvrent toujours la route mais leur maigre avance (quinze secondes) est préoccupante. Ils sont repris à deux kilomètres de la ligne et les deux initiateurs de l’échappée du jour, Dunet et Kauffman, peinent à participer à la bagarre finale. Wolf tente sa chance à la flamme rouge et son effort lui donne rapidement un avantage d’une cinquantaine de mètres, qu’il conserve jusqu’au bout. Tega, 7ème de l’étape, prend le maillot jaune avec trois secondes d’avance sur Rouamba et Pattyn.

Copyright Amaury Sport Organisation