Le Ghana met un opposant en orbite

L’ancien ministre et actuel député ghanéen Mohamed Ibn Chambas a été porté à la tête du secrétariat exécutif de la Communauté économique des Etats d’Afrique de l’Ouest (CEDEAO). Une victoire à mettre sur le compte du président John Kufuor.

En soutenant la candidature de l’ancien vice-ministre des Affaires étrangères, Mohamed Ibn Chamas, le président John Kufuor a surpris toute la classe politique ghanéenne. C’est la première fois qu’un candidat de l’opposition est soutenu par la majorité en place. Le président Ghanéen a gagné son pari. L’ancien diplomate a été porté à la tête du secrétariat exécutif de la Communauté économique des Etats d’Afrique de l’Ouest (CEDEAO). Soutenu par le Nigeria, Ibn Chams avait plus de chances que ses malheureux adversaires gambien et béninois. Bien avant le sommet de Dakar, il avait donné sa vision de son mandat à tous les politiques de la région :  » une monnaie forte et un marché commun « .

Une devise appelée Eco

Le sommet de Dakar vient de lui donner raison. La Gambie, le Ghana, la Guinée, le Nigeria et la Sierra Leone vient d’adopter une monnaie commune qui aura pour nom… Eco. Mohamed Ibn Chams préconise une devise forte pour les 5 pays hors UEOMA (Union économique et monétaire ouest-africaine). Ces derniers ont pour monnaie commune le Franc cfa. A terme, le diplomate ghanéen rêve que les 15 pays de la CEDEAO n’aient qu’une seule monnaie et constituent un marché commun. Répondant ainsi à l’appel du président sénégalais Adoulaye Wade et d’Alpha Oumar Konaré, président sortant du Mali.

 » Je pense que si nous nous attelons à la réalisation du marché Commun de l’Afrique de l’Ouest et d’une monnaie unique nous allons tirer le maximum de bénéfices de l’Union européenne « , projette Ibn Chams. C’est pour négocier en force face aux grands blocs économiques que le nouveau patron de la CEDEAO appelle à faire tomber les frontières des quinze pays. Sur le plan économique, son credo demeure une grande discipline dans la gestion de la politique fiscale et monétaire.

Lire aussi : UEMOA : Wade plaide l’intégration africaine.