Le fossé se creuse

Il n’y a pas que de bonnes nouvelles, c’est une litote. Le fossé se creuse entre pays développés et pays en développement sur le plan de l’accès au réseau et du pourcentage de foyers connectés, telle est la conclusion d’une étude synthétique que vient de publier le Journal du Net quotidien francophone qui suit avec précision la mutation engagée vers la Société de l’Information.

Le pourcentage d’internautes par rapport à la population totale atteint 59% aux Etats-Unis, mais tombe à 19% en France et à 1,6% au Maroc, pays plutôt favorisé et qui a su prendre le virage d’Internet à temps…

L’ODCE elle-même, dont ce n’est pas la première préoccupation habituellement, note dans son Rapport 2002 sur les Technologies de l’information, que  » la fracture numérique est en train de s’aggraver « . En France, le décollage est en cours avec l’augmentation rapide des abonnements haut-débit, qui permettent un réel confort dans l’utilisation du réseau… Plus d’un million de français seront ainsi connectés à haut-débit d’ici la fin de l’année… Mais ailleurs ?

La Chine a beau jeu de communiquer sur ses 50 millions d’internautes… Rapportés à sa population, cela ne fait toujours que 3,5%… Reste l’Afrique. Nous savons tout ce qu’Internet apporte à l’Afrique d’un seul coup : ouverture médiatique, capacité d’échanges et de rayonnement, nouvelles logiques de développement, y compris commerciales… Il faut sans cesse travailler à développer l’Internet africain, améliorer les connexions, multiplier les contenus, faire circuler l’information.

La croissance d’Internet en Afrique est un enjeu prioritaire : ensemble, nous devons trouver les moyens d’y contribuer.