le football est-il anglophone ?

Petite tristesse pour tous les amateurs de football francophones du continent africain : les matchs de l’Euro 2000 étaient bien retransmis dans la plupart des pays d’Afrique, mais en anglais, la plupart du temps, et c’est donc dans cette langue que les téléspectateurs du continent ont vu, paradoxe, une équipe de France multicolore, et à forte composante d’Afrique et du Maghreb, remporter la victoire ! Car le bouquet africain francophone, Le Sat, ne comporte aucune chaîne sportive, et que la chaîne CFI ne disposait pas des droits de retransmission de cette compétition, acquis pour la première fois par la société sud-africaine TV-Africa…

Au Nigéria par exemple, quelques chaînes privées hertziennes, partenaires de TV-Africa, ont diffusé la compétition, en anglais, sur la zone de Lagos. L’instance de régulation nigériane n’encourage pourtant pas le développement des partenariats avec cette télévision sud-africaine, et avait interdit la reprise des retransmissions de l’Euro 2000 : les télévisions concernées ont fait la sourde oreille… Au Ghana, une télévision privée et une télévision publique ont repris la compétition. Au Togo, quelques matchs ont été retransmis par la télévision nationale, TVT, mais l’abonnement à la chaîne sud-africaine Supersport était le seul moyen pour suivre l’ensemble de la compétition.

Au Bénin heureusement, la chaîne nationale ORTB a diffusé la majeure partie des matchs et la finale : une nouvelle fois, le travail en douceur de l’instance de régulation intelligemment pilotée par Timothée Adanlin prouve son efficacité. Et c’est sans doute au Cameroun que les téléspectateurs francophones furent les mieux servis, grâce à la télévision nationale CRTV.

En fait, l’Euro 2000 est apparu comme un révélateur : le sport a une dimension internationale évidente et constitue un spectacle extrêmement porteur. Aujourd’hui, les bouquets internationaux francophones n’en sont pas suffisamment dotés pour satisfaire la demande des pays africains. Ce sont les télévisions sud-africaines qui profitent de la situation, et se donnent les moyens de gagner, à chaque occasion, des parts de marché sur l’ensemble du continent.