Le FDD remporte les premières législatives burundaises depuis 1993

Sorti vainqueur des élections communales, du 3 juin dernier, les Forces pour la défense de la démocratie (FDD) seront également le parti majoritaire dans la nouvelle Assemblée nationale burundaise. Les premiers résultats des premières législatives burundaises, depuis 1993, ont été communiquées, il y a quelques heures, par la Commission électorale nationale indépendante.

« 80% des bureaux du pays donnent au FDD (les Forces pour la défense de la démocratie qui a été le principal mouvement rebelle burundais, ndlr) entre 60 et 80% des voix», a déclaré, ce mardi, Paul Ngarambe, le président de la Commission électorale à la radio nationale en donnant les résultats des premières élections législatives de l’histoire du Burundi depuis 1993. Le Conseil national pour la défense de la démocratie de Pierre Nkurunziza, la branche politique du FDD, confirme ainsi sa suprématie après avoir remporté les communales de juin dernier.

Victoire acquise pour le parti hutu

Près de 65 % des Burundais – moins que lors du référendum et les élections communales – ont accompli leur devoir civique en allant voter, lundi dernier, pour élire leurs nouveaux parlementaires. Historiques et décisives, ces élections législatives constituent la première étape vers la fin de la transition politique amorcée avec la signature des Accord d’Arusha (Tanzanie), signés en 2000 et entrés en vigueur en 2001, par les parties impliquées dans le conflit burundais. Ces législatives se sont déroulées dans le calme contrairement aux communales. Aucun incident majeur n’est venu perturber ce scrutin. Pas même les menaces que faisaient peser les rebelles, encore en activité, des Forces nationales de libération (FNL).

« Il y a eu des actes d’intimidation de leur part mais bien avant les élections. Nous n’en avons constaté aucun le jour même du scrutin. Même les quelques rares cas de fraude ont été vite circonscrits par les populations elles-mêmes. », indique Penangnini Touré, le porte-parole de l’Opération de l’Onu au Burundi (Onub). Conformément aux dispositions de la Constitution adoptée, en février dernier, l’Assemblée nationale devra être composée à 60% de Hutus et de 40% de Tutsis. Les deux-tiers de cette chambre seront appelés à élire, le 19 août prochain, celui qui mettra fin à la mission de Domitien Ndayizeye. Le tiers restant sera composé des sénateurs qui seront été élus le 29 juillet prochain.

Lire aussi : Burundi : la voix des urnes