Le dossier Ivanhoe et les bonnes affaires de la famille Kabila

L’investisseur milliardaire Robert Friedland a fondé Ivanhoe Mines Ltd. et a réalisé quelques-unes des plus grandes découvertes minérales au monde. En République démocratique du Congo, il l’a fait tout en négociant et en contractant avec des sociétés contrôlées par Zoe Kabila, député de 38 ans, un des frères du président Joseph Kabila. C’est ce que montre des recherches sur des milliers de pages de documents d’entreprises congolaises obtenues par Bloomberg.

La découverte par la société Ivanhoe du plus important gisement de cuivre d’Afrique au Congo l’année dernière, après plus d’une décennie de travaux d’exploration, a quintuplé le cours boursier de l’entreprise, ce qui en fait société la plus performante du principal indice canadien au cours des 12 derniers mois.

Au cours des sept dernières années, la société basée à Vancouver a fait affaire au moins cinq fois avec deux entreprises détenues majoritairement par des sociétés appartenant à Zoe Kabila, député de 38 ans et frère du Président Kabila. Ces entreprises font partie d’un vaste réseau de plus de 70 entreprises contrôlées par le président et ses proches, avait déclaré pour la première fois par Bloomberg l’année dernière.

Les transactions apportent plus de lumière sur les intérêts commerciaux de la famille Kabila, qui gouverne le plus grand pays d’Afrique depuis deux décennies. Les intérêts commerciaux de la famille Kabila s’étendent à l’ensemble de l’économie, rendant difficile l’exploitation des entreprises sans entrer en contact avec une entreprise qui a des liens avec un membre de la famille dirigeante explique Bloomberg. Bien que Zoe déclare certaines de ses sociétés commerciales, comme l’hôtel de luxe appartenant à sa Cosha Investment SARL, ses relations commerciales avec certains des plus grands investisseurs du Congo n’ont pas été signalées par les médias jusqu’alors.

Dans un accord, les documents d’état montrent comment une des sociétés de Zoe a utilisé une licence minière acquise auprès d’Ivanhoe pour établir une coentreprise avec Nzuri Copper Ltd., cotée en Australie, et le négociant belge Traxys SA, maintenant détenu par Carlyle Group LP.

Bien que certaines informations sur les transactions aient été divulguées dans les annonces boursières ou les enregistrements détenus par le registre des mines du Congo, Ivanhoe, Nzuri et Traxys n’ont jamais révélé l’intérêt de contrôle de Zoe dans les entreprises avec lesquelles ils ont négocié, contracté et associé, selon un examen des dépôts publicitaires publiés par Bloomberg.

Contrats signés

Ivanhoé a confirmé par courrier électronique qu’il a signé des contrats avec les deux sociétés liées à Zoe – Tanga Logistics et Mining SA et à La Generale Industrielle et Commerciale au Congo SARL, respectivement TLM et GICC – mais a déclaré qu’il ne l’avait jamais traité personnellement et n’avait pas connaissance de son implication dans les entreprises.

Nzuri a également déclaré qu’il n’a jamais été traité avec Zoe et a refusé de commenter davantage. Carlyle a posé des questions à Traxys, qui a refusé de commenter. Zoe Kabila n’était pas disponible lorsque Bloomberg a demandé des commentaires à travers des intermédiaires sur une période de plus de deux mois.

Ivanhoé a contracté le TLM enregistré au Congo en 2015 pour compléter une série de travaux civils dans son projet de cuivre de Kamoa, a déclaré le mineur dans un dépôt boursier le 12 août de cette année. TLM est une filiale à part entière du Katanga Premier, basée au Congo, qui est détenue à 60 pour cent par Zoe, spectacle d’archives d’entreprise. Les entreprises ont été créées en 2012 et 2014, date à laquelle Zoe, élu en 2011, était membre du Parlement.

Les annonces de bourses d’Ivanhoe et les états financiers ne révèlent pas la valeur du contrat attribué à TLM, ni ne mentionnent sa propriété.

« Aucune information n’est parvenue à l’attention d’Ivanhoe qui lui permettait de confirmer l’information sur la propriété de ces entités, soit aujourd’hui, soit au moment de la passation des marchés« , a déclaré le directeur général d’Ivanhoé, Lars-Eric Johansson. TLM a été « invité à soumettre des offres dans de multiples concours d’enchères sur les contrats de construction et de fourniture » dans le cadre de l’engagement d’Ivanhoe à «utiliser et soutenir les entreprises et prestataires de services locaux de RDC», a-t-il déclaré.

L’accord de 900 000 $ a été attribué en juin 2015, l’un des deux contrats remportés par TLM au cours des deux dernières années, d’un montant total de 1,75 million de dollars, a déclaré Johansson. Ivanhoe n’a pas divulgué la valeur des contrats au marché boursier parce que les sommes étaient « immatérielles« , a-t-il déclaré.

Le mois précédant le premier contrat TLM a été attribué en juin 2015, le gouvernement du Congo s’est opposé à la vente de 412 millions d’euros de Ivanhoe de 49,5 pour cent de sa participation à Kamoa au groupe Zijin Mining en Chine. Ivanhoe et TLM affirment qu’il n’y a pas de lien entre l’attribution de sous-contrats et la levée des objections du gouvernement en septembre 2015, dans un accord qui a renforcé la participation du Congo dans le projet.

«Nos intentions avec ces contrats et ces transactions ne visaient pas à exercer une influence, mais à conclure des transactions qui ont mis en œuvre notre stratégie commerciale, de façon intelligente et en pleine conformité avec les lois en vigueur», a déclaré Johansson. La compagnie de Zoe n’a pas toujours réussi, a-t-il ajouté. En 2015, TLM a perdu une offre distincte pour un contrat de 37 millions de dollars, a-t-il déclaré.

Le président de TLM, Theophas Mahuku, le partenaire commercial de Zoe, a déclaré dans une interview que le contrat n’avait aucun lien avec le différend entre Ivanhoe et le gouvernement.

Prix ??de l’action

Le prix de l’action d’Ivanhoe a grimpé de 15 pour cent le jour de l’annonce selon lequel un accord avec le gouvernement a été atteint. Un mois plus tard, Ivanhoe a vendu trois permis miniers à une autre entreprise de Zoe – GICC. Les dossiers détenus par le registre minier du Congo montrent que cinq licences minières ont été transférées d’Ivanhoe à GICC depuis 2015.

Ivanhoé a vendu les permis au GICC dans deux transactions en octobre 2015 et janvier 2016 pour un total de 200 000 $, en conservant le droit à une redevance de 5% sur la production future, a déclaré Johansson. Les ventes faisaient partie de la stratégie de l’entreprise pour se concentrer sur le développement de Kamoa, at-il dit.

À l’époque, GICC était détenue à 90 pour cent par Cosha, qui était à son tour détenue à 90 pour cent par Zoe, selon les dépôts de 2014. Mahuku décrit Zoe comme un actionnaire silencieux qui n’a pas été impliqué dans le courant quotidien de la compagnie. Cosha a transféré sa participation de 90 pour cent dans GICC à Mahuku en novembre 2016, selon les statuts fournis par Mahuku.

2015 n’était pas la première année que Ivanhoe traitait avec les entreprises de Zoe. GICC a acquis une autre zone d’exploration, Kalongwe, d’Ivanhoe en 2010 pour 1,2 million de dollars, avant de signer un accord pour développer la mine en novembre 2013 avec Nzuri Copper, alors connu sous le nom Regal Resources Ltd. et Traxys.

Aucune des entreprises n’a été accusée d’actes répréhensibles et il n’est pas illégal de faire affaire avec un député. Pourtant, savoir qui est propriétaire d’entreprises avec lesquelles une entreprise contracte ou commercialise est essentiel lorsque vous opérez sur des marchés complexes tels que le Congo, selon Steven Fox, le chef de la firme mondiale de conseil en risques Veracity Worldwide.

Voir les schéma expliquant le détail des liens entre ls sociétés sur le site de Bloomberg