Le Dakar a foulé le sol africain

C’est le Français Jean-Louis Schlesser, dans la catégorie auto, qui a remporté la troisième étape du Dakar, qui était aussi la première étape africaine. A l’instar des deux dernières années, le rallye, dont le départ a été donné le 31 décembre à Lisbonne, au Portugal, fait l’objet d’une pétition qui exige sa suppression.

En ralliant lundi les 314 km qui séparent Nador et Er Rachidia, à l’Est du Maroc, en deux heures 50 minutes et 58 secondes, l’automobiliste français Jean-Louis Schlesser s’arrogeait la victoire sur la première étape africaine, mais troisième depuis le coup d’envoi, de la 28e édition du rallye Dakar. Vingt-huit ans d’existence mise à rude épreuve ces deux dernières années par la Déléguée Provence-Alpes-Côte d’Azur d’Europe Ecologie, Claire Aymes , qui veut en finir avec un rallye qui, depuis 1979, date de sa création par feu Thierry Sabine, « défie la conscience démocratique ». « Nous refusons – D’être par notre silence honteux les complices d’un rodéo publicitaire sur le continent de la pauvreté – L’utilisation de l’Afrique, meurtri par le Sida, la disette et le surendettement, comme terrain de jeu », dit le texte de la pétition, lancée en décembre dernier par Claire Aymes, qui appelle les « gouvernements des pays traversés [à] refuser leur concours à ce rallye ».

Un rallye en fin de vie ?

Décrite pas sa pourfendeuse sous les traits d’une « caravane agressive d’engins rutilants » qui dévaste la faune et la flore autochtones » et ne respecte pas « les populations locales », sa dernière édition n’aura pas contribué à améliorer son image. En 2005, le Dakar aura fait cinq morts : des compétiteurs, des organisateurs et une fillette. Une sénégalaise de 5 ans fauchée par l’un des nombreux camions qui constituent la logistique de l’épreuve. En outre, la compétition se serait avérée, selon des observateurs, « insipide sur le plan sportif ». De quoi convaincre les plus sceptiques quant à sa disparition. Le Dakar 2006, qui a pris son envol le 31 décembre dernier à Lisbonne, au Portugal, donnera-t-il raison à ses opposants ? L’avenir nous le dira. Mais pour l’instant, le rallye poursuit son petit bonhomme de chemin. Sa quatrième étape se déroulera, toujours au Maroc, sur 639 km entre d’Er Rachidia et Ouarzazate.