Le cyclone Éline ravage les économies d’Afrique australe.

Le bilan des intempéries s’annonce catastrophique pour la région, déjà fragilisée par la guerre ou la crise économique.

(écrit le 5 mars) Les dommages économiques du cyclone Éline qui a ravagé l’Afrique australe fin février, précédé d’inondations catastrophiques, « sont incalculables », a déclaré le ministre zimbabwéen John Nkomo. Les intempéries ont été un désastre pour une population déjà fortement affectée par une inflation et un taux de chômage parmi les plus importants de tout le continent.

Mercredi 23 février, le président du Mozambique, Joaquim Chisano, a demandé 65 millions de dollars d’aide internationale pour venir en aide aux sinistrés et participer à la reconstruction du pays. Des milliers d’hectares de terres agricoles sont réduites à l’état de lacs boueux. Des localités entières de la région de Maputo (Sud) sont purement et simplement anéanties. Un coup du pour l’ancienne colonie portugaise dont l’économie se relevait après 16 années de guerre civile qui avaient ravagées les infrastructures. Avec une croissance annuelle d’environ 10%, le pays commençait à attirer les investisseurs étrangers.

A Madagascar, les localités de Vatomandry et Mahanoro ont été détruites à 80% , a annoncé la presse officielle. Le passage du cyclone a en outre aggravé la pénurie de carburant qui frappe le Zimbabwe et le Mozambique, les bateaux de ravitaillement étant dans l’incapacité d’accoster en raison de l’état de la mer.

En Afrique du Sud dont les régions septentrionales ont été aussi balayés par des vents atteignant 250 km/h par rafales, on évalue les dégâts à 977 millions de rands (160 millions de dollars).