Le crocodile terrasse la contrefaçon marocaine

Grâce à une politique juridique offensive face aux producteurs et revendeurs de produits d’imitation Lacoste, la marque au crocodile est en passe de mater la contrefaçon au Maroc. La Tunisie est le prochain pays africain sur la liste.

Depuis quelques mois, les étals du marché de Koréa, à Casablanca, proposent de moins en moins de produits Lacoste. La raison : une série de procès intentés par la marque au crocodile contre les producteurs et revendeurs de produits contrefaits.  » Les tribunaux de commerce ont prononcé des décisions très encourageantes pour nous, allant de la confiscation des produits au versement de dommages et intérêts « , confirme le service juridique de La Chemise Lacoste.

 » Ce n’est pas la première fois que nous engageons de telles actions mais il y avait auparavant une moindre sensibilisation des autorités sur ce problème. De plus, une loi récemment votée rend les tribunaux de commerce compétents sur la question des contrefaçons. Un problème qui ne faisait sans doute pas parti des priorités des tribunaux de droit commun.  » Les décisions prises par les tribunaux semblent avoir eu un effet dissuasif sur les commerçants.  » Ces mesures ont été largement reprises dans la presse nationale et depuis, les commerçants réfléchissent à deux fois avant de proposer des produits contrefaits « , explique-t-on à la direction de Lacoste.

 » Un problème local et touristique « 

Le Maroc est le principal pays africain producteur de contrefaçons Lacoste. Mais  » seule une petite quantité de cette production s’exporte de façon organisée, la diffusion hors du pays étant due aux flux touristiques. Le problème de la contrefaçon au Maroc est donc essentiellement pour nous un problème local et touristique « . Quelques 25 000 articles griffés ont été vendus l’an passé dans les sept boutiques Lacoste que compte le Maroc, pour un chiffre d’affaires de 14 millions de dirhams, selon L’Economiste. Le chiffre d’affaires mondial est évalué à 1 milliard de dollars.

En menant des actions en justice, Lacoste espère bien profiter du développement touristique que l’on prédit au Maroc. Outre les boutiques de sport, les grands hôtels constituent ainsi des points de vente privilégiés pour le développement de la marque au crocodile. Lacoste n’oublie pas les acheteurs locaux.  » Nos produits sont des produits de luxe. Ils sont chers mais abordables, on se les procure notamment à l’occasion de fêtes. La base des acheteurs potentiels s’élargit de plus en plus.  » En privant les acheteurs de contrefaçons, Lacoste espère sans doute pousser les plus accrocs à dépenser quelques dirhams de plus pour acquérir un produit qui a suivi les réseaux légaux de diffusion.

Tunisie : prochaine cible

Entre 2,5 et 3 millions d’euros sont dépensés chaque année par Lacoste dans sa lutte contre la contrefaçon. En Afrique, le Maroc et la Tunisie sont les seuls pays producteurs connus, explique le service juridique de la marque. Par ailleurs, des actions en justice sont menées en Afrique du Sud contre les exportateurs de ces contrefaçons. Au vu des bons résultats enregistrés au Maroc, Lacoste se prépare à lancer une nouvelle offensive juridique contre les producteurs et revendeurs tunisiens.  » Des accords avec l’OMC ont été signés avec la Tunisie depuis nos dernières actions en justice qui ont échoué, explique la direction. Cette fois, nous serons sur place et nous aurons la maîtrise des dossiers « .