Le CPJ demande aux autorités tanzaniennes de libérer du personnel, Angela Quintal et Muthoki Mumo

Les autorités tanzaniennes de l'immigration ont arrêté le représentant du CPJ pour l'Afrique sub-saharienne, Muthoki Mumo, à gauche, et la coordinatrice du programme pour l'Afrique, Angela Quintal, à Dar es-Salaam

Les autorités tanzaniennes doivent immédiatement libérer Angela Quintal, coordinatrice du programme pour l’Afrique au Comité pour la protection des journalistes, et Muthoki Mumo, représentant du CPJ pour l’Afrique sub-saharienne, et leur rendre leurs passeports, a annoncé aujourd’hui le Comité pour la protection des journalistes.

Selon Quintal, des policiers qui se sont identifiés comme travaillant avec les autorités de l’immigration tanzaniennes ont arrêté Quintal et Mumo dans leur chambre d’hôtel à Dar es Salaam, en Tanzanie, ce soir même. Les fonctionnaires ont fouillé les affaires du couple et ne leur ont pas retourné leur passeport. Quintal et Mumo ont ensuite été escortés de l’hôtel et ont été emmenés dans un lieu inconnu. Ils étaient dans le pays en mission de rapport pour le CPJ.

« Nous sommes inquiets pour la sécurité de nos collègues Angela Quintal et Muthoki Mumo, qui ont été arrêtées alors qu’elles se rendaient en Tanzanie légalement« , a déclaré Joel Simon, directeur exécutif du CPJ. « Nous appelons les autorités à les libérer immédiatement et à rendre leurs passeports.«