Le Président tanzanien soutient les Hutus par amour pour sa femme Rwandaise

Le Président de la Tanzanie, Jakaya Kikwete, soutiendrait la rébellion rwandaise par amour pour sa femme, Mama Salma Kiwete, elle-même cousine de l’ancien chef d’Etat rwandais, Juvénal Habyarimana, victime de l’attentat de 1994.

Selon des informations révélées par WikiLeaks, l’épouse du Président Jakaya Kikwete, connue en Tanzanie sous le nom de Mama Salma Kikwete, est une cousine de l’ancien Président Rwandais, Juvénal Habyarimana, victime de l’attentat du 6 avril 1994, qui est à l’origine du génocide des Tutsi. Ce qui expliquerait le fait que le Président Kikwete s’est affiché comme le seul leader mondial sympathisant des rebelles des Forces démocratiques de libération du Rwanda.

« Ma femme, mon combat »

Non ! Jakaya Kikwete n’a pas encore prononcé cette phrase publiquement. Mais à en croire les révélations faites par le sulfureux site d’informations WikiLeaks, le Président de la Tanzanie serait prêt à fermer les yeux en politique, pour mieux voir en amour. Mama Salma Kikwete, son épouse, ne serait autre que la cousine de l’ancien Président rwandais Juvénal Habyarimana. La mort de ce dernier, suite à un attentat le 6 avril 1994, a été l’élément déclencheur du génocide contre les Tutsis coupables de ces massacres, selon les Hutus dont faisait partie l’ancien Rais. Depuis, les relations entre les deux ethnies ne sont pas au beau fixe.
Un rapport publié le 5 mai 2005 par Shabyna Stillman, un haut diplomate de l’ambassade américaine à Dar es-Salaam, faisait état de certains détails choquants. « Pendant des années, les observateurs des conflits des Grands Lacs ont considéré Kikwete comme un pro-Hutus », dit le rapport qui poursuit : « Le mariage de Kikwete à une cousine de l’ancien Président rwandais, Juvénal Habyarimana, a peut-être alimenté ces rumeurs, qui s’estompent maintenant au Burundi avec une sorte de vents de conflit vers le bas ».

Un mariage diplomatique ?

Selon le rapport révélé par WikiLeaks, l’histoire d’amour de Kikwete avec une Hutue serait bien la cause de son soutien incontestable aux rebelles burundais. Entre 1995 à 2005, Kikwete fut ministre des Affaires étrangères de la Tanzanie, des rumeurs l’accusaient d’avoir contribué à la mise en place d’extrémistes ethniques. Le même système qui a planifié le génocide contre les Tutsis en 1994.
Aujourd’hui, les relations entre la Tanzanie et le Rwanda restent tendues depuis le mois de mai, avec la décision prise par le Président tanzanien d’expulser 6 000 ressortissants rwandais vivant illégalement sur son territoire.