Le CDR se réjouit de la priorité donnée par le Président Sarkozy au principe de l’égalité entre tous les Français

Au nom du Cercle de la Diversité Républicaine (CDR), son Président Dogad DOGOUI, par ailleurs Conseiller Exécutif de l’UMP et Président de l’association Africagora des entrepreneurs et cadres, exprime sa satisfaction après le discours du Président de la République devant le Congrès du Parlement réuni le 22 juin au Château de Versailles.

Parmi d’autres annonces qui préparent la France au changement en veillant à protéger les plus fragiles – et avec un ton rassembleur qui réitère ses adhésions profondes aux valeurs de la République – le Chef de l’Etat a précisé au Congrès, sa détermination à faire de l’égalité entre tous les citoyens la priorité du prochain gouvernement.

Le CDR a particulièrement été sensible aux propos du Président Sarkozy : « La République, c’est la promotion sociale fondée sur le mérite et le talent. L’égalitarisme, c’est de donner la même chose à tout le monde ». « Pour atteindre l’égalité, il faudra savoir donner plus à ceux qui en ont moins… » et ce, sur des critères sociaux et non sur des critères ethniques. Une vision que partage le CDR depuis sa création, de même que de nombreuses associations de promotion de la diversité républicaine fondée sur le mérite, le partage, l’égalité des chances et l’équité.

Le 17 décembre dernier dans son discours à l’Ecole Polytechnique, le Président de la République avait déjà défini les grandes lignes de sa politique en faveur de l’égalité réelle et de l’égalité des chances, reprenant à cette occasion 7 des 12 propositions d’actions positives pour l’intégration (API) du Cercle de la Diversité Républicaine, en s’appuyant sur des critères sociaux et territoriaux.

A propos du CDR

Fondé en septembre 2006 pour soutenir la candidature de Nicolas Sarkozy à l’élection présidentielle, le Cercle de la Diversité Républicaine est devenu un mouvement associé à l’UMP et résolument inscrit dans la majorité présidentielle. Son millier de membres appartient à l’UMP, à d’autres partis de la majorité ou à la société civile, souhaitant soutenir la politique menée par le Président SARKOZY.

Le CDR invite les élus locaux de la majorité et les citoyens de toutes origines culturelles et sociales, et de toutes sympathies politiques à rejoindre le Cercle pour faire changer la France.

A propos de Dogad DOGOUI

Né en Côte d’Ivoire en 1964, Dogad DOGOUI a rejoint la France en 1981 pour y achever ses études secondaires. Après son bac à Vire (calvados) en 1983, il entame des études de médecine au CHU de Caen avant de s’orienter vers les sciences humaines : Psychologie puis communication à l’EFAP Paris. Après un stage en 1987 au service de presse de Brice Lalonde, ministre de l’Ecologie, et un premier poste (1988-89) d’Attaché de presse au Centre René Huguenin de lutte contre le cancer à Saint-Cloud, Dogad DOGOUI intègre l’univers des agences conseil en communication « business to business », avant de créer sa propre entreprise – Almeria RP (1996-2002). Depuis 2003, il est Consultant en communication, management de la diversité et affaires publiques.

Parrallèlement à sa carrière professionnelle, Dogad DOGOUI a construit un parcours d’engagement associatif au service de la promotion sociale des diasporas africaines, l’intégration économique des minorités et la gestion de la diversité dans l’éducation, l’emploi et la vie économique : Africagora (1999) et France Diversité (2004).

En 2005, il rejoint – à titre personnel – l’UMP pour la vision de Nicolas SARKOZY en faveur de la « discrimination popsitive à la française ». Il sera nommé Conseiller Exécutif de l’UMP en 2006 , avant de participer à la création d’un cercle de réflexion et comité de soutien à la candidature SARKOZY à la Présidentielle. Il devient porte-parole du Cercle de la Diversité Républicaine, transformé depuis en mouvement associé à l’UMP en janvier 2009.

Dogad DOGOUI a été élu en décembre 2008, Président du CDR à la tête d’une équipe de 80 cadres et dirigeants, membres du bureau, conseillers nationaux et délégués départementaux et locaux (42 départements) du mouvement.

Il a été fait Chevalier de l’Ordre national du Mérite (décret du 30 janvier 2008).