Le cartel du café ferme ses portes

L’Association des pays producteurs de café (ACPC), qui rassemble 17 membres africains sur 28, arrête ses activités en janvier 2002. Elle a échoué à contrôler les prix des cours mondiaux mais espère refaire surface un jour.

L’Association des pays producteurs de café (ACPC)vient d’annoncer sa fermeture officielle pour janvier 2002. Ce cartel du café, dont les 28 membres produisent 70% de l’offre mondiale, fermera ses portes après avoir échoué dans sa mission : contrôler les prix des cours internationaux du café.

Le secrétaire général de l’Association, Roberio Silva a déclaré que la faiblesse de ces prix internationaux avaient empêché de nombreux pays membres – notamment africains – de payer à l’ACPC les cotisations qui lui permettent d’exister. De plus, il a souligné que les pays n’ont pas réussi à se soumettre aux niveaux de production recommandés par le cartel. Ce qui est , selon lui, une autre raison de mettre la clé sous la porte.

Plan de rétention

L’Association, qui siège à Londres, a été créée il y a huit ans pour contrôler et réguler le prix du café en ajustant la production. Mais le cartel s’est révélé impuissant à stopper la chute vertigineuse du prix des cours de café.

Roberio Silva a expliqué que l’Association reprendrait ses opérations lorsque les pays membres pourront à nouveau payer leurs cotisations.  » Nous arrêtons nos activités à cause de la crise actuelle mais elle ne s’éternisera pas. C’est la nature cyclique du marché qui veut ça « . Cette année, le record devrait être atteint avec 118 millions de sacs de café produits (de 60 kg chacun), soit une surproduction de 10% par rapport à la demande. En juillet 2000, l’ACPC avait demandé à ces membres de réduire leurs exportations de 20% dans le cadre d’un  » plan de rétention « , afin de faire augmenter le prix des cours.

 » Malgré les efforts fournis par certains pays afin d’appliquer le plan et les effets positifs que celui-ci a eu lors des premiers mois de l’opération, les prix n’ont pas réagi comme nous l’attendions « , déclarait l’Association en septembre dernier. Le plan a été abandonné le 1er octobre dernier.

Malgré la fermeture des bureaux londoniens de l’ACPC, le contrat qui lie les pays membres continuera d’exister, permettant au cartel de redémarrer lorsque la situation le permettra.

Les pays africains membres de l’Association des pays producteurs de café : Angola, Burundi, Cameroun, République Centrafricaine, Congo, Côte d’Ivoire, République Démocratique du Congo, Ethiopie, Gabon, Ghana, Kenya, Madagascar, Nigeria, Rwanda, Tanzanie, Togo, Ouganda.