Le Cap-Alger-Perpignan

Deux photographes représentent l’Afrique au Festival International de Photo journalisme qui se tient à Perpignan (sud de la France) jusqu’au 15 septembre prochain. A ne pas manquer : l’Algérien Dominique Berretty et la Sud-Africaine Jodi Bieber.

S’il y a un lieu à ne pas rater cette année à Perpignan pendant le Festival International de Photo journalisme, c’est bien le Couvent des Minimes. Outre que cet ancien cloître date du XVIème siècle, son intérêt particulier est surtout d’accueillir jusqu’au 15 septembre les trois photographes représentant – ou illustrant – le continent africain pour cette 14ème édition de  » Visa pour l’image « .

On y trouve un reportage sur l’Angola de JB Russel qui a choisi de montrer l’après-Jonas Savimbi, charismatique et impitoyable leader de l’Union Nationale pour l’Indépendance Totale de l’Angola (Unita), tué dans une embuscade par les forces gouvernementales le 22 février dernier. On peut y voir aussi les magnifiques photos de la Sud-africaine Jodi Bieber (agence Rapho), rassemblées sous un titre épuré,  » L’Afrique du Sud « .

Du Cap à Alger

La photographe a travaillé sur la jeunesse de son pays et s’est ainsi glissée dans l’univers d’un gang de jeunes des quartiers ouest de Johannesburg, a suivi un jeune homme de 21 ans issu d’un quartier afrikaner, conservateur et ouvrier et a passé sept ans dans la province de Northem Cape, la plus vaste et aride région du pays, à scruter la vie quotidienne des différents groupes raciaux qui y coexistent, parfois difficilement.

Enfin,  » Algérie « , offre une sélection des photographies du grand photo reporter algérien, Dominique Berretty, sur l’Algérie des années 60. Décédé en 1981 à l’âge de 65 ans, Dominique Berretty a collaboré avec l’agence Rapho dès ses débuts en photo journalisme. Il travaillera pour le magazine Life de 1958 à 1968, couvrant la guerre d’Algérie, l’enterrement de Churchill ou encore la guerre du Vietnam. Rarement exposé, le photographe méritait vraiment qu’on (re)découvre son travail. Merci Perpignan.

Visiter le site du Festival.