Laurent Gbagbo va être jugé par la CPI


Lecture 2 min.
arton40844

A La Haye, les juges de la Cour pénale internationale (CPI) ont confirmé, par l’intermédiaire de deux vote contre un, que Laurent Gbagbo allait être jugé. L’ancien président ivoirien le sera pour quatre chefs de crime contre l’humanité.

Les charges contre Laurent Gbagbo ont été retenues par la Chambres préliminaire, à une majorité de deux vote contre un, rapporte RFI. L’ancien président ivoirien va donc être jugé par la CPI, autour de quatre chefs de crime contre l’humanité: meurtres, viols, actes inhumains et persécutions.

La Chambre préliminaire avaient à disposition des éléments de preuves soumis par les parties, qu’elle a dû examiner pour prendre sa décision. Ces documents comprenaient les déclarations de 108 témoins ; plus de 22 000 pages de documents ainsi que du matériel audio et vidéo.

Le porte-parole de la CPI, Fadi El Abdallah, a déclaré, ce jeudi, que cette décision n’était par une décision sur la culpabilité ou sur l’innocence de Laurent Gbagbo. « C’est une décision qui signifie tout simplement que du point de vue des juges, il y a, à la disposition du procureur, des preuves suffisantes pour justifier qu’un procès ait lieu devant une autre chambre, la chambre de première instance qui sera constituée sous peu, et devant laquelle se déroulera le procès. Ce sera uniquement si, après un procès, les juges de la chambre de première instance seront convaincus au-delà de tout doute raisonnable de la culpabilité de l’accusé qu’on peut le déclarer coupable. Pour le moment, il y a toujours la présomption d’innocence qui continue à être la règle », a-t-il indiqué.

Maître Emmanuel Altit, l’un des avocats de l’ancien président ivoirien, lui se réjouit de cette décision, il affirme que le procès sera l’occasion de démontrer que le dossier monté par le procureur est vide. « Nous sommes satisfaits qu’il puisse y avoir un procès pour que la vérité puisse éclater. (…) Nous sommes en position de force juridique. Par exemple, l’un des trois juges qui viennent de rendre leur décision aujourd’hui considère que le procureur ne dispose pas d’éléments suffisants pur gagner un procès », a-t-il déclaré.

Suivez Afrik.com sur Google News Newsletter