La Voix de l’Hémicycle émet sur Niamey

Les Nigériens peuvent désormais suivre les débats parlementaires à la radio  » La Voix de l’Hémicycle « . Une dizaine de journalistes informent, en langues nationales et en français, la population du suivi des dossiers.

Expérience rare en Afrique, le Parlement du Niger dispose de sa radiodiffusion en FM 95.1, couvrant la capitale et sa périphérie de ses émissions quotidiennes, diffusées de 8 heures à 23 heures, depuis le 24 avril 2001. La date d’inauguration de cet instrument d’information et de communication n’est pas le fait du hasard : au Niger, ce jour est considéré comme un jour de fête, chômé. Un jour de célébration de la  »Concorde nationale ».

La Voix de l’Hémicycle est animée par l’équipe en charge du secteur de l’information, déjà disponible et opérationnelle à l’Assemblée nationale et constituée d’une dizaine de journalistes-animateurs dont deux femmes et de deux techniciens.

Ecouter parler les députés

La grille de programmation sur la base de laquelle l’Observatoire National de la Communication (l’ONC) a fondé l’octroi de l’autorisation d’émission donnée à la radio, comporte principalement des journaux d’information, centrés sur les activités parlementaires, ainsi que des émissions d’éducation civique, diffusées en langues nationales et en français.

L’investissement en équipements et matériels d’exploitation, de l’ordre de sept millions de FCFA (10.000 US.$.) seulement, a été financé par le PNUD* sur les moyens mobilisés au sein du Programme-cadre de gestion de l’économie et de promotion de la bonne gouvernance. L’équipement est identique à celui utilisé dans la quinzaine de radios rurales déjà opérationnelles dans les huit régions du pays, membres du réseau des radios rurales du Niger (RURANET). L’Assemblée nationale a pris en charge les frais d’aménagement du local d’exploitation de la radio, situé juste au dessus de l’hémicycle.

Rapprocher l’élu du citoyen

En plus de son coût modique, la grande particularité de la Radio de l’Hémicycle est son appartenance au réseau des radios rurales (RURANET), lesquelles recevront mensuellement et gratuitement pour rediffusion, au bénéfice de leurs auditeurs des zones rurales couvertes, des dizaines d’heures de débats parlementaires, traduites dans les langues locales. Ainsi, les programmes de la radio de l’Assemblée pourront être écoutés, dans les langues locales, partout sur le territoire national.

C’est là une approche novatrice qui vise à renforcer le droit des populations à être informées sur les débats d’intérêt national ce qui ne manquera pas à terme d’améliorer les capacités de développement local et de lutte contre la pauvreté, de promotion de la bonne gouvernance locale et du processus attendu de plus grande implication des populations dans la mise en oeuvre de la politique de décentralisation.

Djilali Benamrane

Djilali Benamrane est économiste principal au PNUD

*Programme des Nations Unies pour le Développement