La vérité sur le « vote Noir »

CaricatureMuPatt.jpg

Enfin, on y arrive, comme aux USA : du clientélisme politique on est passé au communautarisme. A quelques jours de la présidentielle française, qui aura les faveurs des Noirs ? Seule certitude, ils voteront (pour un) Blanc ! Un article « coup de griffe » du Gri-Gri International

Par Grégory Protche

Enfin, on y arrive, comme aux USA : du clientélisme politique on est passé au communautarisme. A quelques jours de la présidentielle française, qui aura les faveurs des Noirs ? Seule certitude, ils voteront (pour un) Blanc !

Contrairement à ce que prétend, dans ses deux premiers numéros d’avril, l’impayable – mais très achetable – Jeune Afrique : il n’y a pas de « vote Noir » en France.
Les Noirs en France seraient 4,5 millions – à combien de millions près ? Mais qui sont ces « Noirs » ? Ceux qui le revendiquent – comme le Cran, avec ses salles remplies de journalistes Blancs ? Un postier ou un brancardier antillais ? Un vieux Malien de la Comatec ? Les Noirs de France sont-ils tous français ? En quoi Yannick Noah, Julien Clerc, Laurent Voulzy, Henri Salvador – qui a longtemps cru qu’il était Blanc ! -, Sonia Rolland, Disiz la Peste, Doc Gynéco ou Daniel Picouly – l’Antillais qui ressemble à un Arabe ! – , seraient-ils plus Noirs que Blancs ?

Dieudonné, qui va-t-il suivre ? Sa partie noire, qui voterait, mettons, Bové, ou la partie blanche, bretonne même, qui voterait alors, communautairement, pour le Breton Le Pen ?
Antillaises ou africaines, les assoces qui prétendent représenter le « peuple noir » ne servent qu’à rabattre de l’électeur bronzé aux grandes machines politiques, pour le coup, elles, très très blanches. A l’UDF, on soutient le Cran, mais sans donner de place à Lozès dans la campagne. Chez Sarko, on adore la Sénef Rama Yade. Mais c’est de la Beurette Rachida Dati qu’on a fait une porte-parole… Les Arabes sont plus nombreux – malgré l’absence, « républicaine » de recensement des colorés. Les Bronzés sont identifiables par les racistes, mais pas par la République.

Pour qui vont voter les Noirs musulmans ? Et les Noirs juifs ? Les Noirs évangélistes ? Catholiques ?

On a bien compris que le Cran lorgnait du côté du Crif. Le problème, c’est que le Crif ou l’Uoif sont fondés non sur la race ou la couleur, mais sur la confession. Pour qui vont voter les Noirs musulmans ? Et les Noirs juifs ? Les Noirs évangélistes ? Catholiques ?
Le seul vrai point commun des Noirs en France, c’est le piège qui leur est tendu : s’enfoncer, sur des bases ethniques aux frontières floues, dans l’impasse communautaire. Qui permettra, ensuite, n’en doutez pas, de les trouver « communautaires » et diviseurs de République.

Le seul « vote noir » qui existe réellement, c’est celui des valises d’argent que les rois nègres envoient pour financer les campagnes électorales. Depuis Giscard, une partie de l’aide publique au développement est recyclée en Afrique, avant de revenir financer la vie politique en France. De l’extrême droite à l’extrême gauche, tout le monde est arrosé. Si, lors de son sacre, Sarkozy a fait assaut d’amabilités, en direction des émissaires de Bongo, Sassou ou Wade, c’était pour toucher l’électorat noir ? Ou les remercier de leur générosité ?

 Retrouvez cet article et bien d’autres encore à la Une du quinzomadaire panafricain Le Gri-Gri International n°71, en kioske actuellement.