La Tunisie construit un mur à la frontière avec la Libye

Après la décision du Président tunisien Béji Caïd Essebsi d’instaurer l’état d’urgence pour un mois, la Tunisie a annoncé, mardi, la construction d’un mur à la frontière avec la Libye.

Deux semaines après l’attentat sanglant sur la plage de Sousse, en Tunisie, les autorités ont annoncé la mise en place de nombreuses mesures de sécurité pour tenter d’endiguer la menace terroriste. Ainsi, ce mardi 7 juillet 2015, le Premier ministre Habib Essid a annoncé la construction d’un mur à la frontière avec la Libye. Ce mur fera office d’un barrage de 168 kilomètres sur la frontière entre les villes de Ras Jedir et Dhehiba.

La construction de ce mur va permettre d’empêcher les Tunisiens de rejoindre la Libye. En effet, selon le secrétaire d’État chargé de la sûreté nationale, plus de 3 000 Tunisiens ont rejoint la Syrie, la Libye ou l’Irak pour combattre dans les rangs de groupes djihadistes., sans compter ceux qui se rendent dans ces pays pour se parfaire en combat. C’est le cas notamment de Seifeddine Rezgui, le tueur de Sousse, qui s’est formé au maniement des armes en Libye.

La frontière entre la Tunisie et la Libye est très poreuse. Il existe plusieurs points de passage et des zones tampons entre les deux pays. Les zones tampons s’étendent de la ville de Ras Jedir au nord à celle de Larzat au Sud. Cette frontière est ponctuée de zones de contrôle des autorités locales. La construction de ce mur devrait s’achever avant la fin de l’année 2015.

Le 26 juin dernier, Seifeddine Rezgui fait irruption à la plage de Sousse et abat 38 personnes dont 30 Britanniques. Cet attentat sanglant intervient trois mois après celui du musée Bardo qui avait coûté la vie à 22 personnes, dont 21 touristes. Face à la recrudescences des attaques, la Tunisie est désormais en état d’alerte.