La traite négrière en images sur la toile

« Les anneaux de la mémoire » vous proposent une exposition virtuelle sur la traite négrière. Vous pourrez ainsi, grâce à des images commentées sur la toile, lever le voile sur les acteurs et les instigateurs de l’esclavage.

Avant, le site « Les anneaux de la mémoire » était une exposition, la plus importante jamais réalisée alors sur le thème de la traite négrière. Elle a duré entre décembre 1992 et mai 1994 et s’est déroulée à Nantes. Nantes, qui a compté parmi les plus importants négriers européens. C’est donc une exposition virtuelle qui vous est proposée sur le site éponyme. Vous êtes ainsi invités à découvrir toutes les parties prenantes de la traite négrière, commerce juteux pour toutes, sauf pour les Africains qui seront vendus comme esclaves.

Cette page Internet est l’un des nombreux moyens que s’est offert l’association « Les anneaux de mémoire », dont l’objectif est de mieux faire connaître l’histoire de la « traite négrière, de l’esclavage et de leurs conséquences contemporaines … » But ultime de cette démarche : « promouvoir de nouveaux échanges, équilibrés et équitables, entre nos sociétés d’Afrique, d’Amériques et d’Europe ».

Une invitation à vous informer sur la traite et ses conséquences

« Les anneaux de la mémoire » vous propose donc des images commentées de cette période sombre de l’humanité, qui débute au 15è siècle. Un tour d’horizon qui démarre avec l’armateur, le propriétaire du négrier, que l’on pourrait qualifier de producteur de ce mauvais film qu’est la traite des Noirs. On évoque également les différentes formes de la traite sur les côtes africaines, puis le travail des esclaves dans les Amériques. Une partie de cette exposition est également consacrée à l’abolition de l’esclavage. Au total, ce sont quelques pistes qui vous sont offertes pour mieux appréhender la traite négrière. Car, bien évidemment, la vérité est ailleurs…

Le site met notamment à disposition des outils pédagogiques que vous pourrez vous procurer si vous souhaitez relayer l’information. Cependant, « Les anneaux de la mémoire » ce n’est pas que de l’information. C’est aussi de l’action. Des projets sont menés en partenariat avec d’autres associations sur le terrain. C’est ainsi que trois pharmacies villageoises ont été construites et équipées. Le projet a été géré par une association de femmes burkinabè, dénommé Promo-femmes/Développement sport. S’appuyer sur le passé pour construire le passé résume bien la démarche de l’association « Les Anneaux de la Mémoire ». Et c’est tant mieux si le net peut permettre une amorce de réflexion sur la traite et ses multiples conséquences.

 Visiter le site « Les anneaux de la mémoire »

 A visiter aussi : le site de l’Unesco sur l’esclavage