La télévision contre la famine

Le Sud du Congo est soumis à la spirale de la misère. Après la guerre, c’est la famine qui prend pied dans la région la plus peuplée du pays. Pour éradiquer ce fléau qui touche près d’un million de personnes, la FAO multiplie les programmes d’appui technique dans tout le pays.

Des milliers de personnes seraient menacées de famine au Congo. 32 % du territoire congolais endurerait une famine sans précédent. L’information peut paraître surprenante, s’agissant d’un pays possédant un énorme potentiel agricole. Les Congolais vivent pourtant dans un incroyable dénuement. Soumis à une guerre fratricide depuis plus de dix ans, le pays a fini par basculer dans la misère. Les belles et immenses plantations de manioc (culture vivrière principale), d’igname et les bananeraies des années 70 ne sont plus qu’un lointain souvenir. L’autosuffisance alimentaire, une utopie. Le gouvernement est obligé d’importer chaque année pour 150 millions de francs cfa de produits vivriers et maraîchers. La région la plus touchée par la famine est le Sud. Aux dégâts de la guerre se sont greffées la sécheresse, les attaques acridiennes et autres maladies des plantes.

La Nuit de  » Télé Food « 

Pour stopper ces divers fléaux, la FAO ( L’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture) occupe le terrain.  » De 1976 à 2002, la FAO a consacré au Congo 58 programmes réguliers et d’urgence pour un coût total de 5 172 279 milliards de francs cfa « , précise la direction régionale de la FAO-Congo. Ces programmes sont pour l’immense majorité axés sur la production et la protection des cultures vivrières et maraîchères.  » Pour l’année 1999, nous avons distribué 942 tonnes de semences vivrières et 3 tonnes de semences maraîchères à 145 000 ménages « , déclare la responsable du projet à FAO-Congo.

En marge de ces programmes, la FAO en propose un troisième intitulé  » Télé Food « . C’est une émission de télévision. Chaque année, le 16 octobre (Journée mondiale pour l’alimentation), la FAO lance un appel en direct à la télévision. L’année dernière, 17 millions de francs cfa ont été collectés grâce aux dons de vedettes, de membres du gouvernement, d’hommes d’affaires et de particuliers. Cette somme a permis l’achat d’outils agricoles et de semences pour les paysans.

Ce travail sur le terrain et cet appui technique de la FAO est fait en coordination avec d’autres organisations du système des Nations Unies : Pam, Unicef, Pnud,… Une volonté d’endiguer la famine qui, malheureusement, est lestée par une guerre civile interminable.