La Russie prépare-t-elle l’Algérie à une guerre contre le Maroc ?

Des manœuvres navales
Des manœuvres navales (illustration)

Alors qu’elle mène une violente offensive armée en Ukraine, la Russie est annoncée en Algérie où elle doit conjointement effectuer des exercices militaires avec les forces algériennes. Seulement, ces travaux militaires, comme ceux récemment menés par l’armée algérienne, se font près de la frontière avec le Maroc. Début juin, l’armée algérienne a mené des manœuvres conjointes avec le Polisario, près des frontières marocaines.

La Russie a annoncé des exercices militaires antiterroristes que ce pays à cheval sur l’Europe et l’Asie mènera conjointement avec les forces algériennes, au mois de novembre prochain. «La première réunion de préparation de ces exercices antiterroristes conjoints russo-algériens prévus en novembre, s’est tenue dans la ville russe de Vladikavkaz, capitale de la République d’Ossétie», a, selon le média Ecsaharaui, précisé le commandement de la région militaire du Sud dans un communiqué.

Lire : Sahara : l’armée algérienne mène des exercices militaires près du Maroc

Selon les médias, ces exercices auront lieu sur la base d’Hammaguir, dans la région de Béchar, frontalière avec le Maroc, dans la partie Sud-Ouest. Bladi précise que le choix du lieu où se dérouleront les manœuvres a été fait par les deux armées (russe et algérienne). Les exercices, qui s’inscrivent dans le cadre de la coopération militaire entre les deux pays, poursuit le journal, se résumeront à des déplacements tactiques visant à rechercher, détecter et mettre hors d’état de nuire les groupes terroristes.

Des manœuvres impliquant un «pays va-t-en-guerre»

Environ 80 soldats russes et des unités des forces armées de l’Algérie, de l’Égypte, du Kazakhstan et du Pakistan doivent prendre part à ces exercices militaires. Le fait que ces manœuvres interviennent dans un contexte de tension entre l’Algérie et le Maroc soulève de nombreuses inquiétudes. De surcroît lorsque ces travaux impliquent un «pays va-t-en-guerre», la Russie, qui n’a pas une bonne réputation après son invasion de l’Ukraine… voisine. Pour des manœuvres à effectuer à la frontière de deux pays dont les relations sont très tendues. Aucune hypothèse n’est à écarter.

Surtout que depuis la rupture de ses relations avec le Maroc, l’Algérie ne cesse de répéter des manœuvres aux frontières du… voisin. Si ces exercices ne sont pas navals avec un déploiement d’envergure, elles sont terrestres avec l’usage d’un armement de pointe pour, selon les termes du général Saïd Chengriha, faire face aux ennemis qui, «sans répit», tente de «porter atteinte à notre stabilité et à notre unité nationale». A l’heure où l’opinion craint une escalade armée entre les deux voisins, un exercice militaire conjoint avec le Russie ne peut pas être vu d’un bon œil.

Lire : La dangereuse manœuvre navale de l’Algérie près de sa frontière avec le Maroc