La rupture entre le RFD et ses alliés à la Une de la presse de Nouakchott

Le début de rupture entre le Rassemblement des forces démocratiques (RFD) et les partis politiques favorables au coup d’Etat militaire du 6 août, a été le principal sujet commenté cette semaine par la presse mauritanienne.

Dans son éditorial du jeudi, le quotidien Biladi estime que «le front pro- putsch se lézarde gravement avec le refus du Rassemblement des forces démocratiques (RFD) d’entériner tout projet de sortie de crise qui n’interdirait pas aux militaires de se présenter à la prochaine élection présidentielle».

Le journal a déploré «une absence totale de projet d’avenir fiable de la part des nouveaux tenants du pouvoir».

«Front des soutiens au coup d’Etat : la rupture est consommée», écrit le quotidien L’Authentique dans son édition du jeudi. «Le RFD suspend toute concertation avec les supporters du coup d’Etat et ne prendra pas part à la séance plénière pour l’adoption d’une feuille de route en vue d’une solution de sortie de crise», ajoute le journal.

Evoquant «l’inéligibilité des militaires, le Quotidien de Nouakchott annonce la décision du principal parti de l’opposition de suspendre sa participation à la coordination pro-putsch.

«Sans le Rassemblement des forces démocratiques (RFD) et le Front national pour la défense de la démocratie (FNDD), une alliance de cinq partis politiques opposés au coup d’Etat, les états généraux de la démocratie prévus pour la fin du mois de septembre n’auront aucun sens dans la mesure où ils regrouperont des forces politiques pour lesquelles les désirs des militaires ont force de loi», estime le journal.

Dans son commentaire, le quotidien Nouakchott-Info a mis l’accent sur l’opposition du RFD la candidature des militaires lors de la prochaine présidentielle dont la date n’a pas été fixée.