La pluie perturbe la fréquentation des bureaux de vote à Kinshasa

Une forte pluie qui s’est abattue sur la ville de Kinshasa, la capitale de la RD Congo, a quelque peu perturbé la fréquentation des bureaux de vote, et gêné les électeurs du deuxième tour, dimanche, du crutin présidentiel et provincial, a constaté sur place la PANA.

Les bureaux de vote des quartiers résidentiels et des affaires, qui ont ouvert aux heures prévues, ont néanmoins été progressivement pris d’assauts par des votants venant pour la plupart en véhicule individuel ou collectif tandis que ceux des quartiers populaires de la périphérie est, à Kingasani, Masina ou Ndjili, sont timidement fréquentés, certains n’ayant même pas encore ouvert leurs portes à 11 heures GMT.

Tous les moyens sont bons pour ceux qui sont décidés à s’exprimer sur ces élections : hommes et femmes se sont déplacés en voiture ou à pied, protégés qui, par un parapluie, une coiffe en sachet plastique posée sur la tête, chaussés en botte ou en babouche en plastique et autre pantoufle.

D’autres, essentiellement les adolescents des quartiers périphériques du centre et de l’ouest de la ville, à l’exemple de Kalamu, Makala qui soutiennent la candidature de Jean-Pierre Bemba, bravant la pluie et sans s’assurer d’une quelconque protection, se dirigent en petits groupes vers les bureaux de vote, l’enjeu étant de voter massivement pour faire la différence entre les deux candidats aux présidentiels.

On rappelle que le scrutin de ce dimanche, devant drainer vers les urnes plus de vingt millions d’électeurs inscrits, départagera au second tour le président sortant, Joseph Kabila et le vice-président sortant Jean-Pierre Bemba.

Le premier avait obtenu 44,8% des voix au premier tour contre 20% pour le second. L’élection des députés provinciaux, qui se déroule parallèlement au scrutin présidentiel du deuxième tour et qui a été éclipsée par la joute au sommet de l’Etat, met en compétition plus de 12.000 candidats briguant quelque 200 sièges de députés au niveau provincial.

Ce scrutin, relève-t-on, est également important dans la mesure où c’est lui qui désignera les personnes devant gérer les futures provinces congolaises. Ces élus auront notamment à désigner les gouverneurs et vice-gouverneurs des provinces, issus de leur rang ou choisis en dehors de l’assemblée provinciale.