La nationalité « arabe » créée par un juge

Le juge des libertés et de la détention décide de prolonger la détention en centre de rétention du Marocain le 3 août, dans l’attente de son expulsion. Sur le document, dont Le Monde s’est procuré une copie, il est écrit dans la case nationalité « arabe » au lieu de « Marocain ». Mais ce n’est pas une faute de frappe souligne le quotidien, car il est mentionné une seconde fois « arabe » dans le même document. L’avocate du jeune homme s’est étonnée : « Il n’y a pas eu de propos racistes ou déplacés », lors de l’audience. « Il s’agit peut-être d’une confusion entre la langue de l’interprète et la nationalité du retenu ? ». Elle formera, pour le principe, une requête en rectification d’erreur matérielle, afin de rétablir au Marocain sa nationalité marocaine.