La gestion de Moreno Ocampo, ancien procureur de la CPI, remise en cause par un rapport d’enquête

La gestion de l’ex-procureur de la Cour Pénale Internationale, Luis Moreno Ocampo, vient d’être totalement remise en cause par un rapport d’enquête publié mardi 26 novembre 2019. Ce rapport dénonce les méthodes d’investigation et de recrutement ainsi que le caractère autocrate de l’ex-procureur, qui ont conduit le dossier William Ruto et Uhuru Kenyatta à l’échec.

Dans leur rapport, les experts chargés de l’enquête pointent du doigt Luis Moreno Ocampo et l’accusent d’avoir une grande part de responsabilité dans l’échec de la CPI dans le dossier William Ruto et Uhuru Kenyatta. Considérés comme les principaux responsables des violences qui ont fait suite à l’élection de 2007, les deux Kényans ont été inculpés par la Cour Pénale Internationale pour crimes contre l’humanité. Mais la procédure de poursuite a été abandonnée avant même la date du procès.

Les experts n’y sont pas allés de main morte avec l’ex-procureur que le rapport accuse d’être menaçant et très autoritaire avec ses subordonnés. Les experts l’accusent aussi d’avoir fait recours à des méthodes non-conventionnelles dans le montage des dossiers. Il lui est notamment reproché son habitude de prendre pour cible des personnalités publiques sans préalablement rassembler les preuves pour justifier l’inculpation.

Il est aussi accusé de gérer les témoins avec légèreté. Il n’utiliserait pas les méthodes professionnelles requises pour prémunir les témoins contre les différentes pressions qui pourraient peser sur eux ni pour étayer et soutenir leurs accusations.

En réponse aux différentes accusations portées contre sa personne, l’ex-procureur déplore que les experts ne l’aient pas consulté dans cette enquête.