La France face à la menace AQMI

Depuis l’intervention de la France dans le Nord-Mali, la menace terroriste contre ses intérêts dans le monde s’est accrue. Dans une vidéo postée ce mardi, l’un des responsables d’Al-Qaïda au Maghreb islamique (AQMI) « appelle tous les musulmans du monde entier à se mobiliser contre Paris ».

Al-Qaida au Maghreb islamique (AQMI) n’a pas dit son dernier mot à la France. L’un des responsables du groupe terroriste, Abou Obeida Youssef Al-Annabi, chef du Conseil des notables, appelle dans une vidéo diffusée ce mardi « tous les musulmans du monde entier à attaquer les intérêts français partout dans le monde ». Selon lui, « depuis le premier jour de l’agression – l’intervention militaire de la France dans le Nord-Mali -, ils sont devenus des cibles légitimes ». Il a aussi appelé les musulmans à « la mobilisation » et au « djihad » (guerre sainte) contre « la croisade menée par la France contre les musulmans et l’occupation par la France d’une terre de l’islam. »

Face aux menaces de l’organisation terroriste responsable de nombreux enlèvements d’occidentaux, la riposte de Paris ne s’est pas faite attendre. La France « prend au sérieux les menaces d’Aqmi », a aussitôt déclaré mardi à l’Elysée le président français François Hollande, aux côtés de son homologue polonais Bronislaw Komorowski, en visite en France, lors d’une conférence de presse. Le chef d’Etat français a également précisé que malgré les pertes considérables infligées à cette organisation au Mali, « la menace terroriste n’a pas disparu ».

Une menace qui persiste

La question de la menace terroriste à l’encontre de la France s’est posée dès le début de l’intervention des troupes françaises dans le Nord-Mali pour chasser les groupes armés qui s’étaient emparés de la région. Une opération qui a permis la reprise des principales villes : Gao, Tombouctou et Kidal.

Même si la France, qui au départ a déployé 4500 hommes aux côté des 2000 soldats tchadiens sur le sol malien, a commencé le retrait de ses troupes pour passer peu à peu le relais à la force africaine Misma, la menace terroriste n’en est néanmoins pas réduite. Raison pour laquelle dès le début de son engagement dans le conflit, le plan Vigipirate dans l’Hexagone a été adapté en fonction de cette situation et dans les pays du Sahel la sécurité renforcée pour notamment protéger les intérêts et les ressortissants français.

L’industrie des otages

Le sort des otages est à ce jour toujours en suspens. Au total, sept Français sont retenus prisonniers au Sahel, dont six sont entre les mains d’Aqmi. « Il y a évidemment beaucoup de risques, notamment pour nos otages. Les islamistes pourraient s’en prendre aux intérêts français dans les pays africains mais aussi en France et en Europe. Toutefois, je ne pense pas que les islamistes aient intérêt à exécuter les otages. Les otages sont en effet leur seul gage de survie », selon cet ex-colonel français, contacté par Afrik.com. « Le risque pour la France, c’est que les jihadistes de toute la planète se liguent contre elle, ceux du Nord-Mali, d’Irak, en passant par l’Afghanistan », affirme pour sa part ce spécialiste des relations internationales.

Aqmi n’en reste pas pour autant démunie de toute action de nuire, bien qu’Abou Zeid, l’ex-chef de l’organisation qui constituait l’une de ses pièces maitresses, soit mort selon l’armée tchadienne qui affirme l’avoir éliminé lors de combats dans le nord malien. Concernant Mokhtar Belmokhtar, surnommé le borgne, l’un des ex-dirigeants de l’organisation terroriste, nul ne sait où il se trouve actuellement alors que N’Djamena le donne aussi pour mort depuis le début de l’intervention dans le Nord-Mali. Les autorités françaises, elles, n’ont pas encore confirmé ces informations.

Mystère sur les ex-leaders d’Aqmi

En raison de dissensions avec son rival Abou Zeid, Mokhtar Belmokhtar avait officialisé fin décembre dernier sa rupture avec Aqmi dans une vidéo diffusée sur la toile, annonçant la création d’un nouveau groupe : « Les signataires du sang ». Un nom qu’il ne semble pas avoir pris au hasard puisque c’est dans la sanglante attaque du site gazier d’In Amenas, dans son pays d’origine, en Algérie, qu’il a volontairement montré au monde entier sa capacité de nuisance, tuant avec les membres de son organisation plusieurs dizaines d’otages.

Une chose est sûre, Aqmi, qui a fait de l’enlèvement d’occidentaux une industrie, continuera à viser les otages français. Et pas seulement parce que la France contient de nombreux intérêts dans le Sahel ou encore parce qu’elle est intervenue dans le Nord du Mali. Mais aussi parce que Paris a longtemps cédé au paiement de rançons très élevées que l’organisation terroriste exigeait pour la libération des otages, renflouant du même coup ses finances pour assurer sa survie.