La Fédération française de football alourdit la peine de Barthez

La Fédération française de football (FFF) a alourdi la peine initiale de trois mois de suspension avec sursis du gardien de l’équipe de France Fabien Barthez. Le portier de l’Olympique de Marseille, qui avait craché sur un arbitre, le 12 février dernier à Casablanca, écope en appel de six mois fermes plus trois avec sursis.

Vingt matchs de suspension, vingt-cinq si l’Olympique de Marseille (OM) se qualifie pour la Ligue des champions. Fabien Barthez, qui avait craché sur un arbitre au cours d’un match amical à Casablanca (Maroc) le 12 février dernier, a été condamné en appel à une peine de six mois fermes de suspension et trois avec sursis. Le gardien de l’Equipe de France de football et de l’OM avait initialement écopé de six mois dont trois avec sursis. Mais la Fédération française de football (FFF) avait contesté le verdict initial de la commission de discipline jugé, pour des raisons d’éthique sportive, trop clément.

Fabien Barthez est normalement éloigné des terrains jusqu’au 31 décembre prochain. Mais il pourrait rechausser les crampons dès le 15 octobre, « à la condition qu’il accomplisse, avant cette date, dix activités d’intérêt général au bénéfice du football amateur, déterminées et contrôlées par la Ligue fédérale de football amateur après accord du conseil fédéral », explique la FFF.

Condamnation pour l’exemple

Après le geste de Barthez à Casablanca, la FFF avait requis 6 mois fermes pour le gardien. La commission de discipline avait décidé, le 22 avril, d’être plus magnanime, sans doute pour ne pas priver l’Equipe de France, en difficulté dans les qualifications pour le Mondial, de son portier favori. Mais la décision, qui intervenait dans un conteste de recrudescence d’incivilités footballistiques dans les stades européens, avait immédiatement fait planer le doute de la préservation des intérêts des Bleus. Le ministre des Sports, Jean-François Lamour, aurait lui-même demandé à la FFF de réviser le verdict. Le jour de la sanction, la fédération a fait appel à la Commission supérieure d’appel.

Barthez devra donc regarder les matchs des tribunes. La France pourrait se mordre les doigts quant au coup de sang inconsidéré du bouillonnant Fabien. Les autorités sportives de l’Hexagone ont misé sur la carte de l’éthique et ont décidé de sévir pour l’exemple. Un geste qu’il faut saluer et qui, espérons-le, saura refroidir les ardeurs de certains. L’image du football et du sport en dépend…